On a parlé titre de MVP, playoffs et rap US avec Joel Embiid et Jamal Murray

A l’occasion du Take On Summer Paris organisé par adidas, nous avons pu discuter avec le pivot star des Philadalphia 76ers et avec le meneur des Denver Nuggets.

Le cadre est pour le moins inhabituel. Installée sous le périphérique parisien, à la friche du Parc de la Villette, une foule de joueurs en herbe et de journalistes attendent l’arrivée de deux stars de la NBA. Invités de l’édition 2018 du Take On Summer Paris d’adidas, Joel “The Process” Embiid et Jamal Murray se font désirer. La chaleur monte lentement mais sûrement, tout comme l’attente autour de l’arrivée des deux stars de la NBA. L’un vient de boucler sa première saison en tant que All-Star du côté de l’ultra prometteuse franchise de Philadelphie, tandis que l’autre nourrit de fortes ambitions pour ses Nuggets l’an prochain. Tous deux fers de lance d’adidas basketball, Embiid et Murray sont de passage dans la capitale pour assister au tournoi amateur 3×3 organisé par la marque allemande, qui a créé deux playgrounds flambants neufs pour l’occasion. Ces derniers seront par ailleurs accessibles au public tout l’été, comme l’explique en préambule le responsable basket d’adidas Europe.

Arrivé sous les applaudissements de la foule, Joel Embiid et Jamal Murray prennent place sur scène afin de participer à une série de questions/réponses avec le public. Le show peut alors véritablement débuter. Le pivot camerounais, francophone, fait part de sa joie de revenir à Paris, avant d’expliquer n’avoir peur de “personne” en NBA, vouloir être MVP de la saison à venir et “s’en foutre” des superteams qui se créent dans la Conférence Ouest. De son côté, Jamal Murray s’essaie au français pour parler de son amour pour les “video games”, sous le regard hilare du joueur des Sixers, qui précise qu’il “n’est pas censé s’intéresser à sa note dans NBA 2K” car il est l’ambassadeur du jeu rival NBA Live. Cette conférence de presse animée touche alors à sa fin, l’occasion pour les équipes présentes de démarrer leur tournoi, sous les yeux des deux stars, sagement assises en bord de terrain aux côtés de leurs fans.

Et comme pour chaque grand champion qui se respecte, il est difficile de résister à l’appel du jeu. Joel Embiid et Jamal Murray constituent en effet leurs équipes pour s’affronter sur l’un des playgrounds du Take On Summer. Alors que le Point Guard des Nuggets enchaînent les trois points, Joel Embiid reste fidèle à lui même. Qu’il évolue à la Villette ou sur les parquets de NBA, le natif de Yaoundé fait parler son physique, trashtalke ses adversaires, avant de leur dunker dessus avec rage. Impossible de changer un compétiteur de sa trempe, même lorsqu’il affronte des amateurs. Une victoire pour la team Embiid et des changements de t-shirts trempés par la sueur plus tard, les deux joueurs commencent à se prêter au jeu des interviews sous un soleil de plomb.

Placé au milieu de la foule, le duo de basketteur ne sont qu’à quelques mètres de leurs jeunes admirateurs qui ne se privent pas d’enregistrer chaque seconde de cet événement sur leurs téléphones. Joel et Jamal prennent enfin place face à nous, le temps de répondre à quelques questions sur leurs ascensions et leurs objectifs futurs. Alors qu’il vient de boucler sa deuxième saison dans la ligue, Murray se livre en premier sur les difficultés qu’il a rencontré pour accéder au plus haut niveau, d’autant plus du fait de ses origines nationales : “Il faut toujours rester concentré sur son objectif. Je viens du Canada et c’est moins évident pour un canadien d’accéder à la NBA que pour un américain. Au Canada le sport national c’est le hockey, ce n’est pas du tout le basket. C’est pour ça que tu dois travailler encore plus dur pour être reconnu dans ce que tu fais par le public et par les recruteurs.” 

Drafté en 2016 par les Nuggets après avoir brillé sous les ordres du légendaire John Calipari au sein de la prestigieuse université du Kentucky, Jamal Murray semble promis à un brillant avenir au sein de la franchise du Colorado. “Cette saison je veux aller en playoffs” déclare-t-il subitement, avant de livrer son point de vue sur la guerre qui se prépare dans la dantesque conférence Ouest : “On peut dire que c’est une conférence assez relevée” explique Murray dans un grand éclat de rire. “On peut le faire si on joue au niveau qui doit être le notre. Mon objectif est d’aller en playoff et de battre les franchises que l’on doit battre” conclue-t-il. De son côté, Joel Embiid ne manie pas la langue de bois, comme à son habitude : “Je veux faire quelque chose de grand à l’Est. C’est beaucoup plus tranquille et facile qu’à l’Ouest, donc on a de bonnes chances d’aller en finales de conférence.” Sur le plan personnel, son ambition tient en trois lettres : MVP. “Je travaille comme un dingue pendant cette offseason et je deviens meilleur de jour en jour” révèle-t-il avec un sourire en coin. Toujours aussi sur de lui, Embiid nous donne rendez-vous : “La prochaine fois que l’on se verra, je serai MVP.” 

Le pivot camerounais insiste ensuite sur l’importance de rester concentré sur son jeu quoi qu’il arrive, peu importe les critiques et les détracteurs. Hyper-médiatisé de l’autre côté de l’Atlantique du fait de son potentiel hallucinant et de son franc-parler déjà culte, Joel Embiid a néanmoins à coeur de se servir de son statut de superstar pour faire le bien : “Je suis très investi dans les associations caritatives. Etre un joueur de NBA offre une plateforme pour informer les gens sur des causes importante et aider ceux qui sont dans le besoin.” Et selon lui, cette posture publique va de pair avec de grandes responsabilités : “Il y a beaucoup d’opportunités qui s’offrent à vous quand vous êtes un sportif de haut niveau, vous vous devez d’être un modèle pour tous ces gamins” confesse-t-il en regardant les jeunes qui l’entourent.

Son compère des Denver Nuggets abonde dans son sens : “Comme Joel le dit, être une star de la NBA permet de grandir en tant qu’homme et c’est une chance merveilleuse.” Respectivement âgés de 24 et 21 ans, Joel Embiid et Jamal Murray étonnent de par leur maturité. Conscient de son rôle de modèle de réussite pour la jeune génération, le natif de Yaoundé nous explique qu’il est important de rester soi-même en toute circonstance : “Si vous ne voulez pas avoir ce rôle, vous n’avez pas à le faire, vous pouvez rester discret et faire votre truc dans votre coin. Je suis comme ça car j’ai été élevé comme ça et ma vision de la société est comme ça. J’ai grandi dans un environnement compliqué et je veux juste rendre un peu de ce qu’on m’a donné.” 

Alors qu’ils feront leur retour sur les parquets en octobre prochain, Joel Embid et Jamal Murray confient qu’ils profitent de leur longue trève estivale pour mettre à jour leurs playlists d’avant-match, un indispensable selon eux. Pour le camerounais, le maître mot est l’éclectisme. “J’écoute beaucoup de rap, mais surtout un peu de tout. J’aime bien écouter de la musique africaine traditionnelle et des sons plus récents. Ca peut paraître étrange mais avant un match j’écoute souvent de la musique douce, une de mes chanteuses favorites est Isabelle Boulay !” confie-t-il malicieusement. Outre la cristalline voix de la diva canadienne des nineties, Embiid avoue être un grand amateur de rap US : “J’adore tous ces gars comme Migos, 21 Savage, Meek Mill, ils tournent souvent dans mes playlists.” Même son de cloche du côté de Jamal Murray : “J’écoute beaucoup de J. Cole, Lil Wayne, Migos, Busta Rhymes, le Wu-Tang… Ca dépend vraiment de mon humeur avant de rentrer sur le terrain.” 

Une fois cette discussion musicale conclue, les deux joueurs retournent à leurs activités sportives, en allant assister à la suite du tournoi Take On Summer Paris. Un événement d’envergure ô combien réussi, tant pour son cadre original que pour l’accessibilité et la bonne humeur de ces ambassadeurs Joel Embiid et Jamal Murray.

Pin It on Pinterest