L’album collaboratif entre Kanye West et Kid Cudi tient toute ses promesses.

Troisième épisode des cinq albums intégralement produits par Kanye West, Kids See Ghosts était probablement le projet le plus attendu de cette folle session créative. Yeezy et Cudder se retrouvaient enfin sur un album commun, dix ans après avoir collaboré pour façonner les sonorités froides et mélancoliques du décisif 808’s and Heartbreak. Les deux hommes ont entre temps connu des trajectoires diverses, chacun ayant tutoyé les sommets avant de brutalement retomber sur terre. Alors que Kanye a enchaîné les albums marquants et novateurs, tout en continuant de créer de (trop ?) nombreuses polémiques, son ancien protégé Cudi s’est quelque peu perdu musicalement et humainement après le sublime duo des Man On The Moon. Il révélait en octobre 2016, soit un mois avant le burn-out de son compère, qu’il avait été hospitalisé pour dépression et pulsions suicidaires. Le natif de Cleveland avait auparavant confié qu’il luttait pour se défaire de ses addictions à l’alcool, la cocaïne (l’un des thèmes de ses deux premiers albums) et aux anti-dépresseurs.

Hospitalisé en novembre 2016 suite à une crise psychotique causée par un manque de sommeil et un épuisement général, Yeezy avait de son côté été contraint d’annuler la grande majorité des dates de son Saint Pablo Tour et s’était retiré de la vie publique pendant quasiment un an, avant de faire son grand retour au cours des derniers mois, à grand coup de scandales médiatiques, mais aussi musicalement sur le clivant Ye. Avec un titre tel que Kids See Ghosts, il était logique de s’attendre à une oeuvre sombre et introspective. Les sept morceaux de ce projet sont néanmoins bien plus que cela. Cet album commun est en effet une véritable invitation au voyage, une odyssée introspective, dans les méandres des esprits torturés et brisés de ses deux artistes. Sur le fond comme sur la forme, Kids See Ghosts est une oeuvre majestueuse et onirique, qui ramène de nombreux fantômes à la vie.

Photo : Armen Keleshian

Dès “Feel The Love”, son introduction mi-cauchemardesque mi-romantique, sur laquelle les onomatopées démoniaques de Kanye West s’entrechoquent avec la complainte chantée de Kid Cudi et le couplet dantesque de Pusha T, le ton est donné. L’album de Yeezy et Cudder ne sera pas un projet “simple” à écouter, du fait de sa complexité musicale et de son audace sonore. Lui aussi extrêmement court car composé de 7 titres et durant tout juste 24 minutes, Kids See Ghosts ne se traverse toutefois pas comme un fantôme. Les productions surnaturelles de Kanye West, son flow enfin retrouvé ou encore la voix déchirée et déchirante de Kid Cudi font de cet album un bijou d’avant-gardisme, qui n’est donc logiquement pas facile d’accès. Là où certains seront décontenancés par l’ambiance psychédélique de l’album, d’autres crieront instantanément au génie. Il sera impossible de ne pas reconnaître à Kids See Ghosts sa capacité à plonger l’auditeur au coeur d’une ambiance surréaliste, enivrante par moment et inquiétante par d’autres. Chaque note, accord, son, murmure est présent dans un but précis et cette impression d’écouter un projet carré et abouti, qui manquait tant à Ye, est ici bien présente.

Les deux éternels gamins faisant face aux fantômes qui les hantent apparaissent ici en très grande forme, que ce soit au micro ou à la production. Kanye West livre une grande variété de mélodies fantasmagoriques, teintées de mélancolie et de rêverie. Tel Dieu le père, il ressuscite avec brio le jazzman Louis Prima sur le majestueux “4th Dimension”, qui sample un chant traditionnel de Noël pour mieux le déstructurer et le faire tutoyer l’immortalité. Crédité en tant que featuring, le musicien décédé en 1978 n’est pas le seul esprit croisé lors de l’écoute de Kids See Ghost. Le morceau concluant l’album “Cudi Montage” est de son côté basé sur un riff de guitare oublié de Kurt Cobain, l’icône du rock des 90’s consumé par ses propres démons. En invoquant la guitare grasse du regretté chanteur de Nirvana, Kanye West et Kid Cudi mettent en exergue leur propre destin déchu, dont ils espèrent avec cet album récupérer le contrôle. Sur le plan vocal, Kanye West livre plusieurs couplets denses et passionnants, que ce soit sur le flow ou sur les textes, rappelant à qui en doutait qu’il est toujours un excellent rappeur lorsqu’il le souhaite.

De son côté, Kid Cudi signe son retour au sommet. La voix éraillée de Mr. Solo Dolo n’a peut-être jamais sonné aussi juste et touchante, en étant bien aidée par les extraordinaires productions de son ancien mentor et meilleur collaborateur. Après avoir déçu sur ses derniers albums, Cudder renoue ici avec la magie de ses débuts, notamment sur les superbes “Fire” et “Reborn.” L’ambiance western du premier cité confère une dimension épique à un titre porté par un riff de guitare et une batterie entêtante, tandis que les sonorités nostalgiques et le propos plein d’espoir de “Reborn” rappelleront évidemment aux fans du natif de l’Ohio certains des morceaux des Man On The Moon, avec le petit quelque chose qu’apporte la maestria de Kanye West derrière les machines. Outre son indéniable grandeur musicale, Kids See Ghosts brille avant tout par l’histoire qu’il raconte. Celle de deux enfants-adultes, perdus, brisés et désorientés, qui ont décidé de s’aider mutuellement dans leur quête de rédemption. Contrairement à de nombreux autres albums collaboratifs ayant vu le jour dans le rap au cours des dernières années, l’osmose entre Kanye West et Kid Cudi est tout simplement parfaite. Aucun des deux hommes ne prend le pas sur l’autre, au contraire, Yeezy et Cudder sont en communion, portés par un objectif qui dépasse le simple cadre de la musique. A l’image de Ye, Kids See Ghosts est un album à visée thérapeutique, créé afin d’exorciser les démons de ses deux auteurs et de leur permettre d’enfin avancer, “Keep movin’ forward”, comme le répète inlassablement Kid Cudi sur “Reborn”, dans ce qui ressemble à une incantation mystique. Sur ce même morceau, Kanye West confesse : “I want all the rain, I want all the pain, I want all the smoke, I want all the blame / Je veux toute la pluie, je veux toute la douleur, je veux la guerre, je veux toute la responsabilité.” Pas vraiment des excuses, mais un aveu de culpabilité de la part de Yeezy, qui semble plus que jamais conscient de sa personnalité auto-destructrice.

Battu par les flots, Kanye West et Kid Cudi ont tous deux sombré à des moments de leur existence. Néanmoins, Kids See Ghosts ne raconte pas ces chutes, trop bien connues de tous, mais bien le long chemin parcouru jusqu’à la rédemption et à l’exorcisation de ces fantômes du passé. En se confrontant frontalement à leurs démons , qui plus est en réussissant à créer une grande fresque musicale, tentaculaire et onirique, les deux rappeurs ont réussi leur pari. Dans son chef d’oeuvre Sur la route, Jack Kerouac écrivait : “Je n’avais pas peur, j’étais juste quelqu’un d’autre, un étranger, et toute ma vie était une vie hantée, une vie de fantôme.” C’est ce type d’existence funeste que Kanye West et Kid Cudi ont enfin décidé de laisser derrière eux, non sans mal, grâce à un album en forme d’ovni et qui ne peut laisser indifférent. Voyage inoubliable avec pour destination finale le Moi profond de deux des artistes les plus influents de leur génération, Kids See Ghosts a tout l’air d’être fait de la même matière que les rêves.

L’album de Kanye West et Kid Cudi est à (ré)écouter ci-dessous.

Pin It on Pinterest