Les premiers mois de 2018 nous auront offert de nombreux clips marquants, sur le fond comme sur la forme.

Plus que jamais, la musique tend à être écoutée avec les yeux pour en saisir toute sa richesse. De ce fait, les clips sont devenus le moyen le plus efficace pour apporter une toute autre dimension et un véritable relief à un morceau, de la mise en forme d’une identité visuelle forte à une démonstration de réelles prouesses techniques en passant par un voyage dans l’univers des artistes. Afin de mettre à l’honneur ce renouveau créatif, nous avons sélectionné 10 des clips les plus marquants, les plus beaux ou encore les plus orignaux de ce début d’année.

Childish Gambino – “This is America”

Réalisé par Hiro Murai, qui est à l’origine de plusieurs épisodes d’Atlanta, le clip de “This Is America” est indéniablement l’exemple d’un clip rendant un morceau meilleur. Bien que prenant musicalement, aussi bien par ses altérations d’instrumentales que pour l’interprétation de Gambino, l’oeuvre de Donald Glover n’en reste pas moins portée par sa violence visuelle et ses longs plans calfeutrés dans un hangar, entourée par une bonne humeur qui dissimule le chaos ambiant. Entre la pose du Jim Crow, la fusillade sur un gospel ou encore le pantalon de l’uniforme confédéré, le clip de “This Is America” est bourré de références culturelles liées à la cause afro-américaine. Sans aucun doute le clip le plus marquant de ce début d’année, qui risque bien de faire date dans l’histoire des vidéos musicales.

A$AP Rocky – “A$AP Forever”

Ce clip réalisé par Dexter Navy est assurément l’un des plus beaux de 2018, si ce n’est le plus beau visuellement parlant. Renversant, audacieux et parfaitement exécuté, le clip de “A$AP Forever” a grandement contribué à renforcer la puissance du morceau qu’il illustre brillamment. Le visuel réalisé par Dexter Navy se compose de deux parties. Une première dans laquelle on le retrouve dans différents plan new yorkais, accompagné de son entourage proche à l’image de Playboi Carti, et où les plans s’enchainent et se renversent, donnant une véritable sensation d’instabilité et de dynamisme. La seconde partie du clip est beaucoup plus contemplative et psychédélique et correspond à la partie chantée de Moby. Une réussite totale.

Drake – “God’s Plan”

Le canadien dépense ici l’intégralité du budget du clip (≈ $1 million de dollars) dans des actes de charité qui sont filmés et teintés d’une émotion palpable, puisque les personnes impliquées n’étaient évidemment pas prévenues à l’avance. Dès lors, le principal intéressé se place dans un rôle de « seigneur » généreux, qui redistribue sa richesse, se montre bienveillant et surtout, qui n’oublie pas d’où il vient dans l’échelon social. Le clip est terriblement efficace à tous les niveaux, puisque Drake réalise un acte foncièrement bon, alors que rien ne l’y obligeait, tout en réalisant un coup de com’ parfait : un clip quasi unanimement salué et très difficile à critiquer, même pour ses haters les plus virulents.

Booba – “Trône”

Avec le clip de “Trône”, qui est signé du duo de réalisateurs M+F, Booba opère un virage à 180 degrés et offre à ses fans une vidéo de très grande qualité. En choisissant d’opter pour un style collage pour sa vidéo, qui rappellera sans aucun doute à certains le travail d’Emir Shiro, le boss du 92i a fait un véritable pari, qui s’est avéré payant. Les plans sont variés, souvent poétiques, les enchaînements sont excellents et chaque nouveau collage est l’occasion de découvrir une véritable prouesse créative. Des références plus ou moins subtiles à des tunnels routiers superposés sur des entrejambes féminins à la comparaison entre l’injection d’un shoot d’héroïne et le branchement d’une prise jack dans un ampli, le clip de “Trône” brille de par l’originalité des métaphores qu’il parvient à créer.

Laylow – “Ciudad”

Avec “Ciudad”, un terme qui signifie “ville” en espagnol, le rappeur toulousain livre une véritable ballade nocturne et citadine. À la fois impressionnant de par son dynamisme et élégant grâce à une utilisation efficace des lumières, ce clip réalisé par TBMA fait d’ores-et-déjà partie des plus percutants et efficaces de ce début d’année dans le rap français. Un beau parti-pris artistique de la part de l’un des talents en pleine ascension de la scène rap de l’hexagone.

Migos – “Walk It Talk It” feat Drake

Ce clip est un hommage drôle et surtout très réussi à l’esthétique, la musique, la danse, et globalement la pop-culture des seventies. Déguisés avec des tenues d’époque et arborant de gigantesques lunettes de soleil, Quavo, Offset et Takeoff se réinventent en stars du disco le temps d’une vidéo. Cerise sur le gâteau, l’émission intitulée “Culture Ride” est présentée par Jamie Foxx qui fait donc son apparition en tout début de clip avant de faire son retour à la fin du couplet de Drake pour un mini-jeu. Visuellement très réussi et bourré de références, ce clip réalisé par Daps et Quavo a rencontré un beau succès populaire dès sa sortie.

J. Cole – “ATM”

Souvent très minimaliste dans ses visuels, Cole frappe ici un grand coup. Dans un clip bourré de rythme, de séquences dynamiques, de changement d’environnements et de personnages, le rappeur met en scène la ruée vers l’or des temps modernes. On retrouve ainsi les enfants de la cover du projet et le principal intéressé courir après l’argent tout au long du clip, avec notamment des séquences en voiture volante et dans des pièces couvertes de billets. Le clip se termine par la mort de Cole suite à une énième tentative de récupérer un billet et alors que sa voiture volante arrivait à cours d’essence. Tout un symbole.

Jay Rock, Kendrick Lamar, Future, James Blake – “King’s Dead”

Présent sur l’excellente bande-originale de Black Panther, “King’s Dead” est assurément l’un des temps forts de l’album. Pour accompagner cet efficace banger, on retrouve un clip avec quelques scènes mémorables à l’image des référence au Loup de Wall Street, des plans de Jay Rock et Kendrick Lamar assis sur un palmier ou encore de ce dernier au centre d’un carrefour de circulation à la toute fin du clip. À noter aussi que Kung Fu Kenny endosse le rôle de meurtrier puisque l’on aperçoit à 3:06 une scène de bagarre se terminant par un coup de feu à bout portant asséné par le rappeur. Un clip en forme de blockbuster visuel.

Vald – “Gris”

Avec “Gris”, le rappeur francilien a signé un clip visuellement très audacieux. Plongé au coeur d’un univers froid et métallique, le rappeur change lui aussi d’apparence pour se transformer en une sorte de statue vivante. Très abouti sur le plan de la réalisation et de l’originalité, le clip de “Gris” est une belle prouesse artistique qui vient confirmer le vent de fraîcheur qui souffle sur l’univers de la vidéo dans le rap français ces derniers mois.

Roméo Elvis – “L’amour avec des crocos”

Un clip dans lequel Philippe Katerine fait accoucher Roméo Elvis d’une bête mi-homme mi-crocodile vaut forcément le détour. La vidéo accompagnant “L’amour avec des crocos” est un sommet de bizarrerie, entre la pure violence d’un film d’horreur et le propos touchant du récent lauréat de l’Oscar du meilleur film, The Shape Of Water de Guillermo Del Toro. Le rappeur belge offre ici un hommage décalé à l’animal qu’il a érigé comme véritable symbole de sa personnalité.

Dans le reste de l’actualité, Tory Lanez a annoncé la sortie d’une collaboration avec Bryson Tiller.

Pin It on Pinterest