Alors qu’hier ce sont Les Simpson qui brillaient par leur clairvoyance en annonçant 20 ans auparavant le rachat de la Fox par Disney, c’est aujourd’hui au tour de Black Mirror de s’illustrer.

La série originale de Netflix possède en effet un épisode, le premier de la troisième saison, où la vie des gens est dictée et modifiée en fonction d’une note purement digitale qu’ils possèdent, qui est le résultat de toutes leurs interactions avec autrui. Sans tomber dans le spoiler, on se rend rapidement compte que cette possibilité de “noter” quelqu’un peut ruiner des vies.

Aujourd’hui, on apprend via Wired une information qui a de quoi faire peur. Il existe en effet en Chine une application intitulée “Zhima Credit”, qui d’une part propose des outils financiers classiques (emprunt notamment) quand, d’autre part, l’application se base sur différents critères pour noter tous les utilisateurs et ainsi leur proposer en fonction de leur note des facilités de souscription à des crédits, des accès à des services inédits comme la location d’un bien sans avance, pour ceux possédant une bonne note. Au contraire, des personnes mal notées peuvent se retrouver bannis de certains modes de transport à l’image des « No Fly List » aux États-Unis.

Les choses deviennent encore plus douteuses lorsque l’on découvre que les notes sont basées sur différents critères dont l’aspect relationnel. En clair, si vous avez de bonnes relations avec autrui et un entourage actif et engagé sur l’application, vous avez plus de chances de profiter de ces avantages. Bien que cette application ne soit qu’une version très simplifiée de ce que l’on retrouve dans Black Mirror, cette pratique suit un chemin qui a de quoi inquiéter. Vous l’aurez compris, l’épisode “Nosedive” de Black Mirror que l’on retrouve en introduction de la saison 3 pourrait bien se révéler prémonitoire…

Dans le reste de l’actualité, découvrez notre classement des 50 personnalités les plus influentes de la culture urbaine en 2017.

Pin It on Pinterest