Les 50 personnalités les plus influentes de la culture urbaine en 2017

2017 a été l’année de tous les records. Dans l’industrie musicale, forcément, entre l’explosion du streaming et la sortie de nombreux projets majeurs. Dans la mode, également, puisque le streetwear est plus populaire que jamais et qu’un rapprochement inédit s’est opéré avec le monde du luxe. Dans les arts, enfin, quand toute une nouvelle génération de créatifs a imprimé et diffusé un univers visuel accompagnant la musique et le streetwear. Découvrez notre classement des 50 personnalités qui ont cette année le plus influencé les cultures urbaines.

50. Ronnie Fieg

Le fondateur de Kith a une nouvelle fois su montrer tout son impact sur le monde du streetwear avec, bien sûr, sa marque qui n’a cessée de multiplier les collaborations tout en poursuivant son développement. Ainsi, Kith aura cette année collaboré avec Nike, adidas, Coca-Cola, Off-White, FIFA 18, Moncler… Pour ne citer qu’eux. Si les collections de Kith peinent encore à s’imposer en Europe, il n’empêche que le travail de Ronnie Fieg et de ses équipes participe grandement au développement du streetwear mondial, à grands renforts de pièces de qualités et de collaborations évènement.

49. Stéphane Ashpool

Le fondateur de Pigalle a de nouveau su tourner tous les regards vers son label. Avec Pigalle Basketball et la rénovation de l’iconique terrain de basketball, ainsi qu’une nouvelle collaboration avec Nike, la marque a de nouveau su faire parler d’elle dans le streetwear, s’affirmant un peu plus encore comme la figure de proue du streetwear français, tandis que le label Pigalle a lui aussi su proposer des collections de qualité, avec, toujours, un travail des couleurs et des matières remarquable.

48. Ian Connor

Si Ian Connor a été plutôt discret cette année, il n’empêche qu’il a encore su tirer son épingle du jeu entre son rôle non-officiel d’influenceur de la youth culture et celui, non moins officiel, d’assistant créatif. On a ainsi pu le voir aux côtés de Virgil Abloh ou A$AP Rocky, avec qui le différent qui les a opposé auparavant est visiblement passé, quand il a dans le même temps fait avancer son label Revenge x Storm, sortant des modèles de Vans très populaires. Son influence sur le style urbain n’est désormais plus à démontrer et il est certain que si son année 2018 est plus productive, il pourra prétendre à de grandes choses.

47. The Weeknd

Le lancement de sa marque XO, des collaborations avec PUMA et H&M, une tournée mondiale ponctuée de succès, des gains faramineux… The Weeknd a eu une année bien occupée. Ajoutez à cela des apparitions remarquées sur les albums HNDRXX de Future et Lust For Life de Lana Del Rey, une rupture médiatique avec Selena Gomez, un statut d’icône planétaire définitivement confirmé et vous obtiendrez l’un des liens parfaits entre la culture urbaine et la pop culture.

46. Gosha Rubshinskiy

L’artiste russe, passionné par la youth culture post-soviétique a fondé depuis plusieurs années son label éponyme, Gosha Rubchinskiy. Avec son univers sportswear décalé et retro, forcément inspiré des années 90, sa marque s’est installée de façon visiblement durable dans le paysage du streetwear, à grands renforts de collaborations évènements comme celles avec adidas Originals et Football ou encore Fila. Son utilisation de l’alphabet cyrillique a également été l’une des grandes tendances de l’année.

45. XXXTENTACION

Il fallait vivre bien loin de la sphère du rap US pour ne avoir entendu parler des frasques du rappeur de Miami. Entre un public toujours plus grand, des faits divers toujours plus improbables et un premier album à la fois plaisant musicalement et efficace commercialement, X était partout cette année. Il a su dépasser le stade du “one hit wonder” après “Look At Me!” et s’affirmer comme un artiste à part entière qui a su franchir un très grand cap cette année. Malheureusement pour lui, ses problèmes judiciaires risquent bien vite de rattraper sa montée en puissance.

44. A$AP Bari

Sous le feu des projecteurs en début d’année pour les succès de sa marque de streetwear VLONE, devenu un véritable phénomène mondial, notamment grâce à une superbe collection de sneakers avec Nike, A$AP Bari a fait parler de lui pour les mauvaises raisons ces dernières semaines. Accusé de tentative de viol par une jeune femme rencontrée à Londres l’été dernier, le membre du A$AP Mob fait face à une lourde peine en cas de condamnation.

43. Noah Callahan-Bever

Son nom et son visage ne vous disent peut-être rien, pourtant Noah Callahan-Bever est un personnage très important dans le monde du hip-hop médiatique. Il est en effet depuis 12 ans le rédacteur en chef et le responsable des contenus du célèbre média américain Complex. Il a aussi fait parler de lui comme étant à l’origine de l’acquisition par Complex du média hip-hop Pigeons & Planes dont le rayonnement a été considérable cette année. Son succès dans le domaine est tel qu’il a récemment annoncé qu’il avait accepté l’offre de Paul Rosenberg, manager d’Eminem et PDG de Def Jam, pour prendre le rôle de vice-président exécutif de la stratégie et du contenu du célèbre label. Début 2018, Noah quittera donc Complex et prendra un rôle encore plus impactant dans la culture hip-hop confirmant bien son ascension des dernières années.

42. Angelo Baque

Directeur artistique de Supreme pendant plus de 10 ans, Angelo Baque a claqué la porte du géant du streetwear en début d’année pour monter son propre label, Awake. À son poste de directeur artistique, l’un des plus convoité de l’industrie de la mode, Baque avait grandement participé à l’évolution visuelle de Supreme, apportant tout son sens de l’image et des tendances. Il avait également été l’un des créatifs derrière la collaboration évènement entre Louis Vuitton et Supreme. Baque a profité de son départ pour développer son agence créative Baque Creative tout en faisant rapidement avancer son projet Awake Clothing, lequel a par exemple participé à Art Basel Miami en décembre pour collaborer avec Off-White sur un atelier de print. 2018 sera sans aucun doute pour lui l’année de la confirmation pour Awake, après de grands succès passés avec Supreme. 

41. Rayscorruptedmind

Photographe personnel de Travis Scott, Ray alias “Rayscorruptedmind” a marqué l’année par son style visuel fort repris partout dans les mondes de la musique et de la mode. Il a réalisé d’innombrables photos et documenté par la même occasion la scène hip-hop, imprimant son style proche et haut en couleur dans les standards du moment. Il aura également marqué l’année 2017 en tant que photographe du lookbook de la collection évènement entre Nike et la NBA.

40. Lil Pump

L’année de Lil Pump peut tenir en deux mots : “Gucci Gang”. Avec son tube imparable au succès planétaire, le jeune “SoundCloud rapper” est entré dans une nouvelle dimension. Vantant les mérites d’une vie faite de consommation excessive de drogues et de femmes, Lil Pump divise au sein de la communauté hip-hop. Quand certains y voient un nouveau phénomène mondial bourré de talent, d’autre ne voient en lui qu’un énième jeune artiste plus passionné par les substances que par la qualité musicale. Que l’on se situe dans un camp ou dans l’autre, impossible de nier l’influence de Lil Pump cette année.

39. Riccardo Tisci

Réputé pour ses créations streetwear parfois très originales et ce le souvent sur d’historiques paires basket-ball de Nike telles que la Dunk ou la Air Force 1 qu’il avait notamment transformée en une botte utra montante, Riccardo Tisci a sorti cette année une nouvelle collection avec Nike et la NBA dans le cadre d’un partenariat inédit. 2017 fut aussi pour lui l’année de la rupture, puisqu’il a quitté la maison Givenchy qu’il avait marqué de son empreinte résolument moderne durant les 12 années où il a occupé le poste de directeur artistique, proposant plus de 90 collections.

38. David Fischer

Le fondateur de Highsnobiety a cette année encore su affirmer un peu plus encore le statut prééminent de son média dans le paysage de la mode urbaine. Publication de référence fondée en 2005, Highsnobiety a de nouveau su se renouveler et créer de nouveaux formats pour être l’une des, sinon la publication référence en matière de curation pour la mode urbaine, malgré quelques manqués comme leur mauvaise information sur le rachat de Supreme par Louis Vuitton.

Avec de nombreux outils développés comme WhatDropsNow, Highsnobiety est désormais implanté à Berlin et à New York avec un réseau de freelances autour du monde pour lui permettre d’être aujourd’hui l’un des médias couvrant le mieux l’ensemble de la culture urbaine. Entre formats qualitatifs expliquant les ressorts des tendances et une couverture de l’actualité pointue, le média fondé par David Fischer a cette année encore joué un rôle prééminent dans la mode.

37. Gucci Mane

Après avoir sorti une autobiographie, une mixtape avec Metro Boomin, un album, lancé sa marque de vêtements ou encore signé chez Reebok, Gucci Mane ne semble pas rassasié puisqu’il va sortir un nouvel album le 22 décembre. Et c’est notamment pour ça que Gucci Mane est tant aimé et respecté : sa productivité est iconique. Avec “I Get The Bag,” “Met Gala” ou encore “Both” avec Drake qui est sorti à la toute fin de l’année 2016, Guwop a plus que jamais prouvé cette année qu’il est aussi capable de faire des tubes qui dépassent les frontières d’Atlanta. Gucci Mane a toujours été une influence incroyable dans l’industrie, il est en désormais l’une des stars les plus installées.

36. Young Thug

Avec Beautiful Thugger Girls, Super Slimey et une collaboration avec adidas Originals, Young Thug aura connu une année toujours sous le signe de la productivité et de l’éclectisme. Un parti pris musical sur BTG qui aura enchanté plus d’un fan, une mixtape très trap avec Future et quelques singles et featurings d’envergures à coté de ça pour assurer une très belle année musicale. Young Thug aura une fois de plus affirmer son statut d’artiste qui influence aussi bien par sa voix, ses flows ou ses choix de productions. Désormais peu à peu présent dans le streetwear, Young Thug risque d’encore énormément se montrer en 2018, que ce soit via Slime Season 4 ou une nouvelle expérimentation musicale dont il a le secret.

35. Jerry Lorenzo

Si l’influence de Fear of God dans la mode et le streetwear a probablement été moins importante en 2017 qu’en 2016, il n’empêche que la griffe de Jerry Lorenzo aura su s’affirmer comme l’un des labels sur lesquels il a fallu compter. Entre les bottes militaires ou une collaboration évènement avec Vans, Fear of God a également pu collaborer avec la ligue de baseball américaine et New Era, ouvrant au passage un pop up store exclusif à Miami. C’est également grâce à Fear of God et Jerry Lorenzo que le merchandising de tournée vintage a été aussi incontournable cette année.

34. Playboi Carti

Un premier projet éponyme à son nom, un premier tube (et quel tube…) avec l’entêtant “Magnolia”, une présence toujours plus forte au sein du A$AP Mob et via la Cozy Tapes Vol. 2, une présence sur les freshmen 2017 de XXL et une imagerie d’icône de la jeunesse en devenir, Carti aura connu une incroyable année 2017. Alors qu’il sera en concert à Paris le 3 mars 2018, Playboi Carti est un visage montant qui a joliment réussi la transition d’une hype très internet à un succès d’envergure et mondial. 

33. Pharrell Williams

Pharrell Williams a une fois de plus joué sur différents tableaux cette année. Musicalement, il a fait son retour retour avec N.E.R.D et posé sa voix sur “Feels” de Calvin Harris, l’un des tubes de l’été dernier. Mais Pharrell a vraiment fait l’actualité grâce à la conception de la Adidas NMD HU X Chanel X Colette, une paire à la production ultra limitée et dont les prix au resell ont souvent dépassé les $10 000. Pharell Williams est un touche à tout de génie et il ne rate pas une occasion pour le prouver encore et encore.

32. Gunner Stahl

Si vous ne connaissez pas son nom, vous connaissez sans aucun doute ses photos. Le jeune photographe a été durant toute cette année l’un des hommes forts des cultures urbaines en en devenant l’un des principaux contemplateurs et en documentant comme nul autre la scène hip-hop américaine. Avec deux livres et une exposition au compteur, Gunner Stahl s’est affirmé comme l’un des principaux photographes du mouvement et lorsque dans 10 ans le public voudra observer la scène rap de 2017, cela passera sans conteste par les photographies proches et brutes de Stahl.

31. Chance The Rapper

Vainqueur du Grammy Awards du meilleur album rap pour Coloring Book, Chance The Rapper a également brillé de par ses nombreuses actions sociales au cours de l’année. Le natif de Chicago a multiplié les dons pour aider les communautés défavorisées de sa ville, tout en se posant comme l’un des porte-voix de l’opposition à Donald Trump. N’oublions pas non plus que Chance The Rapper a également participé au sauvetage de SoundCloud plus tôt dans l’année. 2017 était placée sous le signe de la générosité pour un artiste toujours plus influent de l’autre côté de l’Atlantique.

30. Cardi B

La rappeuse du Bronx a véritablement explosé cette année. Ancienne strip-teaseuse et star de la télé-réalité, Cardi B a conquis le monde du rap à grand coup de “Bodak Yellow”, un morceau entêtant rapidement devenu un tube planétaire. La new-yorkaise a notamment réussi l’exploit d’être la première artiste hip-hop de sexe féminin à placer un titre en tête du Billboard Hot 100, 19 ans après Lauryn Hill. Une autre preuve concrète de l’influence de Cardi B ? Les recherches Google sur les paires de talons de Christian Louboutin ont augmenté de 217% dans le mois suivant la sortie du clip de “Bodak Yellow”.

29. Heron Preston

Créateur atypique de la scène streetwear moderne, entre faussaire et inventaire, populaire et élitiste, celui-ci offre sa vision du monde et son propre reflet à travers ses diverses créations. À l’instar de son ami de longue date Virgil Abloh, Heron Preston casse la barrière entre haute-couture et streetwear, mais brouille également la ligne entre authentique et contrefaçon. Peu pressé, Heron Preston ne compte que deux collections complètes à son actif et ses pièces restent souvent simples, son style est lui plus complexe, les associations de motifs et de couleurs ainsi que le jeu sur les couches de vêtements, prouvent cette recherche permanente de l’évolution de la mode, qu’elle soit féminine ou masculine. Ce style simple ne l’aura pas empêché de marquer l’année 2017, tout en laissant percevoir de belles promesses pour l’année à venir.

28. Donald Glover/Childish Gambino

Quelle année pour Donald Glover. Le succès phénoménal d’Atlanta lui a permis de remporter un Golden Globe deux Emmy Awards. L’homme qui a boosté le streaming de “Bad and Boujee” de 243% au lendemain de la cérémonie des Golden Globes a prouvé qu’il était bien l’un des acteurs culturels les plus influents de notre époque. Nominé 5 fois aux Grammy Awards pour son superbe album Awaken, My Love!, il y a fort à parier que le natif d’Atlanta ne repartira pas de la cérémonie les mains vides. Il n’en a pas l’habitude. Comme tout les grands, sa réinvention est permanente, le trentenaire ayant annoncé son intention de mettre un terme à l’aventure Childish Gambino. Rassurez-vous, la créativité de Donald Glover semblent sans limites. Fidèle à ses valeurs et à son intuition, le natif d’Atlanta a su s’imposer comme l’un des artistes les plus talentueux de sa génération.

27. Skepta

Figure-proue de la grime, grand influenceur dans le streetwear (de par notamment son style « jogging-TN » qu’il a remis au goût du jour) et artiste polyvalent, Skepta a encore connu une année riche en projet. La musique notamment avec sa participation remarquée à More Life de Drake ainsi que son EP Vicious qui comprend la participation de A$AP Rocky et Lil B notamment. Le rappeur a également sorti il y a quelques mois la première collection de sa griffe « Mains London », controversée pour des raisons de droit d’auteur des visuels utilisés durant la promotion. Cette collection reprenait les codes vestimentaires auquel le rappeur nous avait habitué, en proposant notamment tracksuits et autres hauts. Entre rap et streetwear, la polyvalence et l’influence de Sekpta ont, cette année encore, des facteurs importants dans la culture urbaine.

26. Top Dawg

Top Dawg Entertainment peut-il être considéré comme le label le plus puissant au monde en 2017 ? On serait tenté de répondre par l’affirmative. La maison de disque californienne vient en effet de vivre une très belle année, notamment grâce aux raz-de-marée provoqués par les succès des albums CTRL de SZA et DAMN. de Kendrick Lamar. Tous deux présents dans l’intégralité des divers classements répertoriant les meilleurs albums de l’année, CTRL et DAMN. ont marqué 2017. Les artistes signés chez TDE ont dominé les derniers mois, envahissant l’espace médiatique et les playlists du monde entier. Le label créé par Anthony « Top Dawg » Tiffith est indéniablement l’un des acteurs majeurs de l’industrie musicale mondiale.

25. Sarah Andelman

La co-fondatrice de colette a, à l’image de Kim Jones, participé au rapprochement entre le streetwear et le luxe depuis de nombreuses années. Bien que ce ne soit pas nouveau, l’année 2017 marque également la fin du concept store colette et la boutique a donc tout au long de l’année multiplié les collaborations, évènements et sorties exclusives, affirmant une dernière fois sa prééminence sur la mode parisienne.

24. Lev Tanju

Lorsque l’ancien skateur a fondé en 2009 sa propre marque de skate, il ne devait sans doute pas s’attendre au succès mondial que rencontre aujourd’hui Palace. Si le logo iconique du tri-ferg est sans conteste devenu l’apanage des influenceurs en tous genre, loin du symbole qu’il était pour les skateurs il y a de cela quelques années encore, cela n’a pas empêché Palace de se maintenir à son rang, c’est à dire celui de l’une des marques les plus populaires du streetwear mondial. L’année 2017 aura été marquée par de nombreuses capsules de qualité réalisées par la griffe londonienne ainsi que par l’ouverture d’un premier store à l’étranger, à New York. Si Lev Tanju continue à tenir sa marque de main de maître comme il a pu nous y habituer, il ne fait que peu de doute que Palace continuera ainsi à propager son influence sur le monde du streetwear et des cultures urbaines plus en général.

23. Noah ''40'' Shebib

Le co-fondateur d’OVO Sound est l’homme qui a façonné les sonorités glaciales et brumeuses des artistes de la ville de Toronto. On doit au bras droit de Drake l’émergence des plus beaux représentants de la scène RnB de la ville canadienne, ces derniers ayant particulièrement brillé ces derniers mois. Entre More Life de Drake, Morning After de dvsn, Say Less de Roy Woods et The Space Between de Majid Jordan, les tonalités mélancoliques de Toronto étaient partout en 2017. Et c’est avant tout à Noah “40” Shebib qu’on le doit. Visionnaire artistique et homme d’affaire talentueux, le producteur canadien continue de façonner la musique nord-américaine comme peu d’autres en sont capables.

22. Jay-Z

Après 4 ans sans album, Hov a remis ça avec 4:44 qui est indéniablement l’album le plus mâture et introspectif du légendaire rappeur. JAY-Z a retiré le masque de la superstar et s’est confié en tant que Shawn Carter. Le succès critique et commercial est au rendez-vous et la capacité avec laquelle il évoque sa relation avec sa mère et avec sa femme ont su toucher l’Amérique. Hov a signé un contrat record avec LiveNation pour la tournée 4:44 et à coté de ça, il s’est associé à Puma à l’occasion de la sortie de son album sur des sneakers notamment, bien que ce ne soit pas un fait d’arme qui aura particulièrement marqué le streetwear cette année. Toutefois, la capacité qu’a eu Hov à sortir un album important à bientôt 50 ans a confirmé qu’en matière de longévité dans le rap américain, personne ne boxait dans sa catégorie.

21. Post Malone

Si son album Beerbongs & Bentleys était sorti en 2017, Post Malone serait sans doute classer beaucoup plus haut. Toutefois, Post Malone a surfé toute l’année sur l’immense succès de Stoney, sorti à la fin de l’année 2016 et dont les morceaux n’ont cessé de se classer dans les hautes sphères du Billboard Hot 100. Son incroyable succès commercial s’est confirmé avec “rockstar” et a confirmé que le rappeur/rockeur est une superstar. L’originalité de son style, son personnage attachant et ses tubes entêtant ont fait de lui un incontournable qui pourrait bien faire de 2018 son année, après une année 2017 qui aura servi de transition entre ses deux premiers albums.

20. Rihanna

Même sans sortie d’album cette année, impossible de passer à côté de l’aura de la chanteuse originaire de la Barbade. Une collection FENTYXPUMA ayant rencontré un succès international, la sortie d’une gamme de cosmétique saluée par des millions de femmes à travers le monde, une présence sur le tube de DJ Khaled “Wild Thoughts” et la création d’une ligne de bijoux pour la maison Chopard ont été les événements marquants de l’année vécue par Riri. Ajoutez à cela un statut mérité d’icône féministe et le fait d’être l’une des personnalités les plus influentes sur les réseaux sociaux, et vous obtiendrez l’artiste incarnant mieux que quiconque le visage féminin de la culture urbaine.

19. Cole Bennett

Les clips réalisés par Cole Bennett ont indubitablement marqué l’année 2017. Son lien de proximité avec la scène SoundCloud lui aura permis d’affirmer une identité visuelle forte qui s’est imposée comme l’esthétique de base des vidéos des artistes issus de la plateforme de streaming. La principale caractéristique du jeune vidéaste est à n’en pas douter sa créativité malgré des budgets souvent réduits, le poussant à former un style lourd en post-production, phase durant laquelle il use de nombreux effets spéciaux pour donner à ses vidéos un style unique et parfois un peu “cheap”, à l’image du mastering souvent basique que l’on peut retrouver sur SoundCloud. Cette année, Ski Mask The Slump God, Lil Xan, Lil Pump, Trippie Redd, Smokepurpp et bien d’autres sont passés devant son objectif pour réaliser leurs clips.

18. 21 Savage

Après le succès de Savage Mode en 2016, 21 Savage a mis les bouchées doubles en 2017 en livrant le très solide Issa Album ainsi que Without Warning avec Metro Boomin et Offset. Au-delà de ces deux projets d’envergures, 21 s’est aussi offert deux énormes tubes. Il y a d’abord eu “Bank Account” issu de son album estival, qui est son titre solo le plus populaire à ce jour. Cet automne, il y a ensuite l’énorme tube “rockstar” de Post Malone où le rappeur d’Atlanta est présent en featuring. Numéro 1 du Billboard depuis 9 semaines maintenant, ce morceau est un gain en visibilité incroyable pour 21 Savage. Au-delà de ses succès critiques et commerciaux, l’influence sur ses paires est impressionnante. Son flow haché, son univers morbide et ses gimmicks de méchants de films d’horreur ont inspiré plus d’un rappeur et confirmeé qu’en matière de rap, 21 Savage est aussi influenceur que clivant.

17. Mike Will Made-It

Mike Will ayant offert à Kendrick Lamar deux de ses plus gros hits avec “HUMBLE.” et “DNA.” tout en réaffirmant sa patte avec son album Ransom 2, il a confirmé sa présence parmi l’élite de la production mondiale. S’offrant aussi la casquette de superviseur et de directeur artistique pour des jeunes producteurs travaillant avec, et pour lui, Mike Will Made It s’affirme comme l’un des gros bonnets du milieu de la production hip-hop. Au-delà de son album et de sa collaboration avec Kung Fu Kenny, il a aussi fait valoir ses talents de hitmaker sur “Perplexing Pegasus” de Rae Sremmurd (duo dont le succès est en partie dû à Mike Will) ainsi que pour des artistes tels que Gucci Mane, Future, Young Thug ou encore Katy Perry. Derrière Metro Boomin et Noah “40” Shebib, Mike Will Made It fait partie de ces producteurs capables de changer des carrières et influer sur les charts de manière ô combien significative.

16. Lil Uzi Vert

Porté par l’immense tube “XO Tour Llif3” et le succès de son dernier projet en date Luv Is Rage 2, Lil Uzi Vert a indéniablement franchi un cap cette année. En passant de star de SoundCloud à superstar mondiale, Uzi a affirmé son influence et fait de sa musique le porte étendard d’une génération. Parfois robotique, souvent traumatisée, la musique du jeune Uzi réussit à rassembler malgré des thèmes parfois très sombres à l’image de son morceau désormais référence cité plus haut. Via sa présence sur les morceaux “RAF” ou encore “wokeuplikethis*”, Uzi a aussi su s’affirmer sur des morceaux importants d’autres artistes, bien à l’image de ce qu’il avait fait en 2016 sur “Bad And Boujee”. Depuis sa présence aux freshmen de XXL en 2016, il a su affirmer qu’il serait sans doute l’artiste le plus influent de cette génération.

15. Future

Le rappeur d’Atlanta s’est montré extrêmement actif en 2017 avec deux albums sortis coup sur coup et une mixtape en collaboration avec Young Thug. À 34 ans, Future a prouvé qu’il était plus que jamais au sommet de sa popularité et de son influence. Ses deux projets Future et HNDRXX, sortis à une semaine d’intervalle, se sont tous deux classés en tête du Billboard 200 lors de leur sortie, faisant de lui le premier artiste à placer deux albums différents en tête des charts d’une semaine sur l’autre. Et au moment de revenir sur l’année de Future, impossible de ne pas évoquer le succès phénoménal de “Mask Off”. Superbement produit par Metro Boomin et bercé par une flûte envoûtante, le tube “Mask Off” a indéniablement marqué 2017. Future a en outre conclu son année avec un featuring sur un titre du dernier album de Taylor Swift, preuve de son éclectisme et de son influence sur l’industrie musicale actuelle. Sans oublier une présence dans le streetwear via une collaboration avec Reebok sur une Instapump Fury.

14. Tyler, The Creator

Cette année, tout ce qu’a touché Tyler Okonma aka The Creator s’est transformé en or. Son cinquième album solo est une pépite qui a vu le jour au coeur de l’été et qui s’est immédiatement installé à la première place du Billboard 200. Tyler a étendu son influence sur la culture grâce à un nouveau partenariat avec Converse qui s’est concentré sur plusieurs modèles signatures de One Star pendant que sa marque de textile Golf Wang a continué de faire l’unanimité dans le skatewear. Auteur, compositeur, interprète, designer, icône d’une génération et crossover parfait entre rap et streetwear depuis plusieurs maintenant, Tyler, The Creator a réalisé une très, très belle année 2017.

13. Demna Gvasilia

À 36 ans seulement, le designer géorgien peut déjà se targuer de posséder un curriculum vitae de niveau senior. Après ses études dans la prestigieuse Royal Academy of Fine Arts, il a dirigé des équipes de création chez Louis Vuitton et Maison Margiela, avant de devenir en 2015 directeur artistique de la non-moins respectable maison Balenciaga. Quelque peu à l’abri des regards dans son travail pour l’entreprise parisienne, c’est par ses créations destinées à sa propre marque Vêtements que Gvesalia s’est véritablement fait connaître. Marginal incontesté, il a su créer une véritable identité autour de ses produits, allant du détournement de marques populaires aux formes déjantées et volontairement trop amples, tout en participant grandement au retour au premier plan de Balenciaga cette année, notamment par la touche classique et vintage qu’il su apporter, aux côtés de sneakers ultra populaires comme la Speed Trainer et la Triple S.

12. Kim Jones

Le directeur artistique de Louis Vuitton a été le principal acteur de l’année folle vécue par le streetwear, qui a vu le monde du luxe accourir les bras grands ouverts pour tenter de séduire un public plus jeune et fortement consommateur. Kim Jones, en allant chercher Supreme pour préparer une collaboration entre maison de luxe et marque de skateboard d’une ampleur inédite, a franchi une ligne que peu osaient approcher, oubliant par la même le conflit qui avait opposé Louis Vuitton et Supreme au début des années 2000.

Par son choix artistique, la frontière entre le streetwear et le luxe s’est amincie, et cela également du fait de la touche nouvelle qu’il a su apporter aux collections de Louis Vuitton.

11. Sean Miyashiro

Son nom ne vous dit peut-être rien et pourtant, cet homme est la raison pour laquelle de plus en plus d’Européens et d’Américains font du rap asiatique un incontournable de leur playlist. Sean Miyashiro est le patron du label 88rising qui comprend notamment Rich Chigga, Keith Ape, Higher Brothers ou encore joji. Enchainant les millions de vues et désormais les concerts aux quatre coins du monde, les artistes de 88rising portent haut les couleurs du rap asiatique et permettent au genre d’être enfin représenté à l’International. Et tout cela n’aurait pas été possible sans le travail, l’intelligence et la vision de Sean Miyashiro qui a su changer la face de culture urbaine cette année via 88rising.

10. Tuma Basa

Si son nom ne vous est pas familier, c’est tout à fait normal. Cependant, l’influence de Tuma Basa sur l’industrie musicale et plus particulièrement sur le hip-hop à l’ère du streaming est énorme. Ancien de chez Revolt TV, le média de Diddy, il est depuis 2015 le directeur de la programmation hip-hop chez Spotify, et curateur unique de la playlist Rap Caviar, liste de lecture référente dans le hip-hop qui comptabilise plus de 3 millions d’auditeurs chaque mois, pour plus de 8 millions d’abonnés au total.

Le succès de Black Beatles ? Celui de Bad And Boojee ? C’est notamment grâce à lui. L’ajout d’un morceau par ses soins à la playlist peut propulser un morceau aux sommets des charts grâce à la force et la viralité du streaming. L’influence du streaming n’en est qu’à ses balbutiements, et celle de Tuma Basa risque bien de lui être proportionnelle.

9. A$AP Rocky

Petite déception à l’heure où nous écrivons ces lignes, A$AP Rocky n’a toujours pas sorti son très attendu troisième album. Cela n’aura toutefois pas empêché le new-yorkais d’être un acteur majeur de l’année écoulée. Lord Pretty Flacko a multiplié les projets musicaux en 2017, que ce soit avec le A$AP Mob sur la Cozy Tape Vol. 2, avec Tyler, The Creator sur “Who Dat Boy” ou encore sur deux morceaux du dernier album de sa grande amie Lana Del Rey.

Musicalement toujours aussi pertinent, le natif d’Harlem n’en demeure pas moins le rappeur favori des plus grandes marques mondiales. Le moindre de ses looks est scruté, décortiqué puis recopié par les jeunes du monde entier, toujours plus admiratifs du charisme et de l’influence de leur idole. Ajoutez à cela son rôle forcé de leader du A$AP Mob et cela affirme un peu plus encore que, de par ses contributions musicales et stylistiques, A$AP Rocky s’affirme plus que jamais comme l’une des plus grandes icônes culturelles de notre époque.

8. Drake

Une fois n’est pas coutume, le canadien a pesé sur l’année que nous venons de vivre. Sa playlist “More Life” a rencontré un très beau succès, proposant à la fois de puissants bangers qui ont ravi les fans de la première heure et des hymnes pop calibrés pour faire danser la planète entière. Drake a ensuite pris la route pour son Boy Meets The World Tour, une tournée qui l’aura emmené aux quatre coins du globe le temps de 44 dates. N’oublions pas non plus qu’il a signé la bande-originale du défilé de la collection Printemps-Été de Louis Vuitton avec l’inédit “Signs”.

D’autre part, les créations du natif de Toronto continuent de dominer de la tête et des épaules les différentes plateformes de streaming, contribuant à faire de Drake l’un des artistes les plus écoutés au monde. Actuellement en plein enregistrement d’un nouvel album, le canadien sera attendu au tournant en 2018. Sa carrière parle pour lui, Drake n’a pas pour habitude de décevoir ses fans et le canadien nous réserve sûrement de très belles surprises pour l’année à venir.

7. Migos

Rappelez-vous, il y a 2 ans, de nombreux observateurs pensaient que le rayonnement de Migos touchait à sa fin et que le trio d’Atlanta ne pourrait sans doute pas aller plus haut que leur hit “Versace”. Entre temps, Quavo, Offset et Takeoff ont continué à perfectionner leur trap, composer des morceaux et façonner leur recette pour finalement revenir en force en 2016 avec le tube planétaire “Bad And Boujee” puis leur second album Culture sorti en janvier 2017. Depuis ? Le groupe est tout simplement le plus important du hip-hop mondial. De leur triplet flow qui a inspiré d’innombrables rappeurs à leurs gimmicks toutes plus folles et charismatiques les unes que les autres, en passant bien évidemment par un album charnière, Migos brille de mille feux. Trois talents incroyablement complémentaires mais surtout trois rappeurs qui ont impacté la culture hip-hop comme peu ces derniers mois, et comme DJ Khaled le dit si bien dans l’intro de Culture : How the fuck you fuckboys ain’t gon’ act like Migos ain’t reppin’ the culture? They rep the culture from the streets

6. Travis Scott

Une fois de plus, la grande force de Travis Scott réside dans sa présence massive à la fois dans le rap et dans le streetwear. Plusieurs morceaux d’envergures à l’image de “Butterfly Effect,” “Sky Walker” où il est invité par Miguel et en point d’orgue son projet commun avec Quavo qui est attendu dans le courant du mois de décembre. Coté streetwear, La Flame aura grandement participé à l’anniversaire de la Nike Air Force 1 en présentant sa version du modèle qui a clairement fait l’unanimité, réaffirmant tout le bon goût qu’il possède lorsqu’il s’agit de style. De plus, il est l’un des artistes ayant remis au goût du jour le merchandising de tournée via des lignes d’inspiration vintage qui ont été intégrées à ses outfits. Ces douze derniers mois, son aspect d’icône de la jeunesse s’est amplement renforcé et il est désormais une figure de proue de deux branches phares de la culture urbaine à l’image de Kanye West ou A$AP Rocky avant lui. La sortie en 2018 de son nouvel album AstroWorld ne devrait qu’accentuer cette tendance, en attendant sans doute de nouvelles collaborations d’envergures dans le streetwear.

5. James Jebbia

Le fondateur de Supreme est l’une des personnalités ayant façonné les cultures urbaines en cette année 2017. Tout d’abord, en faisant collaborer sa marque avec le géant du luxe qu’est Louis Vuitton, offrant ainsi au grand public une collection prestigieuse distribuée à travers le monde. Jebbia est ainsi l’un des plus grands artisans du rapprochement opéré durant l’année entre les mondes du luxe et du streetwear. Au-delà de cette collection, la marque qu’il a fondé n’a cessé de déchaîner les passions, non sans heurts, tout en s’affirmant comme la figure de proue de la culture streetwear, lui devenant ce que Louis Vuitton est à la culture du luxe.

4. Kanye West

Même s’il n’a pas sorti d’album cette année, il est tout simplement impossible de passer à côté de l’incontournable monsieur West. Aucune personnalité publique ne parvient à capter l’attention des médias et du public comme Kanye le fait années après années. Outre son intention de produire tous les prochains albums des membres de G.O.O.D Music et de lancer sa propre plateforme de streaming, Kanye West a également annoncé qu’il souhaitait se présenter aux prochaines élections présidentielles américaines, après avoir fièrement posé aux côtés de Donald Trump en début d’année.

Et alors que les spéculations autour de son nouvel album vont bon train depuis des mois, le rappeur de Chicago n’a pas oublié d’assurer une promotion innovante et audacieuse pour sa nouvelle Yeezy Season, en faisant porter des pièces à Kim Kardashian lors de plusieurs apparitions millimétrées et photographiées par des paparazzis engagés par le couple. Entre le succès de ses créations, des Yeezy Boost aux Wave Runner en passant par sa ligne Calabasas, Kanye a su occuper l’année sans sortir un seul morceau solo, générant toujours autant d’effervescence. Avec un album qui devrait débarquer dans les prochains mois, il ne fait aucun doute qu’il sera encore plus haut dans ce classement l’an prochain.

3. Kendrick Lamar

Que dire qui n’a pas déjà été dit sur l’année Kung Fu Kenny ? Porté par le triomphe critique et public de son album DAMN., le rappeur de Compton a fait de 2017 son année. De par sa forme percutante et son fond raffiné, DAMN. a en effet d’ores et déjà marqué son époque. Lorsque que le temps aura fait son effet et que les fans se replongeront sur le rap en 2017, il semble évident que la marque spirituelle et intemporelle de DAMN. sera sans nul doute l’événement musical le plus marquant de l’année, le disque qu’on ré-écoutera pour se replonger dans le Los Angeles des années 2010, au coeur d’une Amérique tristement déchirée par les conflits sociaux. En plus de cela, le rappeur a enchaîné une énorme tournée à travers les États-Unis, accompagnée d’un merchandising très prisé et a quitté Reebok pour signer chez Nike.

Kendrick Lamar a prouvé à ceux qui en doutaient encore qu’il trônait au sommet du hip-hop moderne et qu’il sera bien difficile de l’en déloger. Le californien s’est définitivement affirmé comme l’une des figures de proue de l’activisme américain, rendant au rap contestataire ses lettres de noblesse perdues en chemin. L’influence de Kendrick Lamar a depuis longtemps dépassé les frontières de la culture urbaine, faisant de lui un artiste global à la résonance universelle.

2. Metro Boomin

C’est bien simple, il fallait être sourd pour passer à coté des hits qu’a produit Metro Boomin ces douze derniers mois, de “Mask Off” à “Bank Account” en passant par “Tunnel Vision” et “Bounce Back,” les exemples ne manquent pas. Récemment, on apprenait que Metro Boomin avait produit un morceau sur dix présents sur le prestigieux Billboard Hot 100, symbolisant bien sa domination de la tête et des épaules en matière de création de hits. Ajouté à cela, Young Metro a produit entièrement 4 projets cette année, Droptopwop avec Gucci Mane, Perfect Timing avec Nav et Without Warning avec 21 Savage et Offset et Double Or Nothing avec Big Sean tout en produisant une grande partie de l’album Issa de 21 Savage. Metro Boomin un véritable acharné de travail qui est devenu en quelques années à peine le nouveau visage de la production rap et forcément, son influence n’a pas cessé de croître et d’impacter la culture ces derniers mois. Réussissant sans cesse à mêler qualité et quantité, le producteur de seulement 24 ans semble plus que jamais sur le toit du monde.

1. Virgil Abloh

Longtemps resté dans l’ombre des artistes pour lesquels il travaillait, Kanye West entre autres, l’Américain d’origine ghanéenne a vu sa cote de popularité exploser quelques mois après la création de OFF-White. Depuis que les rappeurs les plus médiatisés portent ses t-shirts aux impressions parfois simplistes, l’effet laissé par le designer a changé du tout au tout, au point que Virgil Abloh attire désormais tous les regards dans les soirées huppées. Il a marqué l’année 2017 au fer rouge, notamment grâce à sa collaboration “The Ten” avec Nike qui a vu tous les acteurs de la culture urbaine se presser pour acquérir des exemplaires de cette collection de “déconstruction”, qui symbolise de façon prégnante le travail réalisé par Abloh. Adepte de la simplicité et de la transparence, il aura également fait parler de lui pour ses nombreuses autres collaborations, de celle avec Champion à sa capsule avec colette, ou encore celle, pas encore dévoilée, avec IKEA. Au delà de son travail avec d’autres marques, Virgil Abloh a également installé son label OFF-White comme l’un des plus populaires du moment à coups de collections réussies et d’un sens esthétique difficilement discutable, tant au niveau des coupes, matières que des coloris et des tendances qu’il a installé tout au long de l’année.

En bref, tout ce qu’il a touché cette année s’est transformé en or. Ses paires s’arrachent, ses soirées DJ font complet, et chacune de ses innovations génère une effervescence rare. À n’en pas douter, il est la personnalité qui aura le plus influencé la culture urbaine cette année.

 

 

Ce classement est le résultat d’un vote réalisé par l’ensemble de la rédaction de Views. Article écrit par Corentin Saguez, Julien Perocheau et Léo Devaux.

 

Pin It on Pinterest