La fin du mois de juin approchant à grand pas, il est temps de revenir sur les 25 meilleurs albums sortis depuis le 1er janvier, et une chose est sûre : les projets de qualité sortis en 2017 ne manquent pas.

25. Snoop Dogg, Neva Left

Date de sortie : 19 mai 2017

Le morceau à retenir : “Neva Left”

Peu importe les circonstances, un nouvel album de Snoop Dogg reste un évènement majeur et ce, depuis plus de 20 ans. Sous forme d’un fan service parfois un peu grossier mais toutefois efficace, le chef d’orchestre de la G-Funk livre un retour de qualité, orchestré pour ses fans de longue date. Délesté de toutes pressions, l’oncle adoré du rap américain livre un projet solide en tout point et se fait avant tout plaisir. C’est l’essentiel.

24. The Underachievers, Renaissance 

Date de sortie : 19 mai 2017

Le morceau à retenir : “Gotham Nights”

Après un quelques retards, le duo de Brooklyn composé d’Issa Gold et AKTHESAVIOR se sont enfin décidés le 19 mai dernier à nous livrer leur hymne très introspectif et personnel de la côte Est et surtout de New York. Évidemment inspiré d’Illmatic et de la vibe new yorkaise, le projet semble traverser les époques en puisant des influences dans chaque décennie du hip-hop et se démarque par son évolution au fur et à mesure des tracks. Malheureusement, le projet sombre parfois dans l’autosuffisance et manque de ce fait d’impact. Sa qualité globale n’en est pour autant pas remise en cause.

23. J Hus, Common Sense

Date de sortie : 26 mai 2017

Le morceau à retenir : Did You See

Entre bangers intimistes, sonorités estivales et régularité sur 17 tracks, le jeune artiste grime de 21 ans fait honneur à son statut d’espoir du rap anglais. Très bien accueilli dès sa sortie, aussi bien commercialement que qualitativement, Common Sense permet au jeune J Hus de valider l’épreuve toujours compliquée du premier album et d’affirmer sa place sur la carte du rap anglophone.

22. Russ, There’s A Wolf

Date de sortie : 5 mai 2017

Le morceau à retenir : “Do It Myself”

Véritable symbole des self-made men du rap, Russ se positionne en artiste tantôt chanteur tantôt kickeur d’Atlanta plus influencé par la pop que par Gucci Mane, au contraire de ses confrères de la south. Fort de ses singles “Do it Myself” et “What They Want” ainsi que d’une fan base crée en totale indépendance (jusqu’à l’année dernière et sa signature chez Columbia Records), Russ a su rendre concret cette «euphorie Internet» en vendant l’équivalent de 50 000 copies de son opus en première semaine. Assumant pleinement son statut d’outsider du jeu, Russ nous a offert un album qui résume bien sa montée en puissance entre indépendance, travail, confiance en soi mais aussi déceptions amoureuses et difficultés à réussir dans la musique. Manquant toutefois de consistance dans sa globalité, c’est un projet qui laisse de très bons espoirs pour la suite de sa carrière.

21. Mike Will Made-It, Ransom 2

Date de sortie : 24 mars 2017

Le morceau à retenir : “Perfect Pint”

À 28 ans, le producteur d’Atlanta s’est affirmé comme une référence de la nouvelle génération. Ce nouveau projet qui fait suite à la mixtape Ransom de 2014 se démarque par la richesse de ses productions et son casting impressionnant. Entre l’union si particulière de Swae Lee, Gucci Mane et Kendrick Lamar sur “Perfect Pint”, les couplets très intimistes et surprenants de Future sur “Razzle Dazzle” ou encore la performance de Big Sean sur “On The Come Up” qui se remémore son chemin vers les sommets, certains morceaux sortent clairement du lot. Malheureusement, et comme le format l’oblige, le nombre d’artistes présents et la direction artistique parfois bancale de certains d’entre eux enlèvent de la cohérence au projet qui l’empêche logiquement de se classer plus haut. À contrario, la qualité de ses singles est ce qui le rend incontournable cette année.

20. Logic, Everybody

Date de sortie : 5 mai 2017

Le morceau à retenir : “AfricAryaN”

Entre une cover richissime en détail, un couplet caché de J.Cole, un premier nom du projet “AfricAryaN” changé suite à des polémiques, une chose est sûre, ce troisième album de Logic aura beaucoup fait parler de lui. Le succès commercial qui l’a accompagné en était d’ailleurs un bon exemple. Malheureusement, l’énorme attente autour de son projet se transforme en une légère déception. Intelligent, bien écrit et pertinent, le projet subit malgré tout une sensation de répétition dans le fond et la forme clairement rébarbative. Ce que Logic fait, il le fait très bien, d’où la raison de sa place ici. Malheureusement il donne souvent l’impression de ne pas avoir la palette lyricale et musicale pour suffisamment se renouveler sur quinze titres. Cela ne l’empêche pas de livrer un projet très solide qui s’adresse de toute façon avant tout à ses fans de longue date.

19. Thundercat, Drunk

Date de sortie : 24 février 2017

Le morceau à retenir : “Walk On By” feat Kendrick Lamar

Bassiste de formation, Thundercat est désormais un instrumentaliste et producteur complet qui, avec ce projet, retrouve son univers jazz de prédilection. Entouré de Kendrick Lamar, Pharrell ou encore Wiz Khalifa, les influences hip-hop du dénommé Stephen Bruner sont évidentes. Véritable ovni de part ses influences radicalement opposées allant des classiques du Jazz et du Funk en passant par les jeux vidéos, cet album de Thundercat est une véritable mine d’or culturelle et musicale. Sans une féroce concurrence strictement rap, le musicien californien se serait offert une place bien plus haute dans le classement.

18. SZA, CTRL

Date de sortie : 9 juin 2017

Le morceau à retenir : “Love Galore” feat Travis Scott

Première femme signée chez TDE et premier album, il est évident que SZA jouait gros avec CTRL. Et c’est sans hésitation que l’on peut affirmer que la chanteuse a franchi l’épreuve haut la main. Véritable sans faute tant le projet est régulier, CTRL prouve une fois de plus la capacité des artistes signés chez Top Dawg Entertainment à réaliser des albums globalement de grande qualité. Un projet évidemment très RnB à la fois brut, intimiste et romantique, qui s’affirme dès à présent comme une référence du genre ces dernières années. Le manque de single (en dehors du prometteur “Love Galore”) peut toutefois être un frein commercial.

17. Big Sean, I Decided

Date de sortie : 3 février 2017

Le morceau à retenir : “Sacrifices” feat Migos

Entre son talent indéniable et ses singles que l’on a pu retrouver au sommet des charts, il ne manquait plus qu’un album faisant l’unanimité pour que Big Sean s’offre une place aux cotés des plus gros noms actuels. Bien que solide, I Decided est sans doute un peu léger pour être le projet qui lui permettrait de rejoindre les références de sa génération. “Bounce Back” est un très bon single, “Sacrifices” est l’une des meilleures collaborations de sa carrière, “Halfway Off The Balcony” est un morceau personnel intéressant, mais en dehors de ça, beaucoup de morceaux seront vite oubliés. Un bon album, avec des singles géniaux, mais un album forcément un peu décevant quand on a le talent de Big Sean.

16. Rick Ross, Rather You Than Me

Date de sortie : 17 mars 2017

Le morceau à retenir : “Idols Become Rivals”

Fort de son statut de vétéran, Rick Ross donne l’impression d’enfin parfaitement maîtriser sa recette, qui n’a jusqu’ici pas franchement changée depuis le début de sa carrière. Entre des attaques sans retenues sur Birdman et son style brut, le rappeur de Miami ne laisse pas indifférent. Coté guest on retrouve Nas, Young Thug ou encore Future qui apportent une variation dans les flows et l’univers non négligeable. De ce neuvième album de Rick Ross on retiendra “Idols Become Rivals” pour sa virulence envers la mal-aimé du rap US Birdman ou encore “She On My Dick” en compagnie de Gucci Mane pour un single trap qui définit parfaitement le style du rappeur businessmen qu’est devenu Rick Ross.

15. 2 Chainz, Pretty Girls Like Trap Music

Date de sortie : 16 juin 2017

Le morceau à retenir : “4AM” feat Travis Scott

Sorti tout récemment, le recul que l’on a sur ce projet est évidemment minime, mais cela n’empêche pas d’avoir la certitude que Pretty Girls Like Trap Music est l’album le plus abouti de la discographie de 2 Chainz. Au contraire de bon nombre d’artistes, la musique de Chainz semble se magnifier avec le temps tant il semble enfin prendre toute la mesure de son potentiel. En paternel d’Atlanta, 2 Chainz y va même de sa critique du mumble rap, le compte est bon.

14. Gucci Mane & Metro Boomin, DropTopWop

Date de sortie : 26 mai 2017

Le morceau à retenir : “Met Gala” feat Offset 

Après avoir lâché 8 projets lors des douze derniers mois, Gucci Mane a sans doute livré le plus abouti et le plus intéressant d’entre eux le mois dernier avec DropTopWop, bien aidé par la patte et la vision du génial Metro Boomin. Entre “Hurt A Nigga Feeling” et “Met Gala”, quelques bangers marquants sortent du lot, mais c’est surtout enfin cette sensation d’une direction artistique de qualité et d’une vraie colonne vertébrale au projet qui le rend forcément plus cohérent que les récents “Woptober” ou encore “The Return Of The East Atlanta Santa”.

13. Playboi Carti, Playboi Carti 

Date de sortie : 7 avril 2017

Morceau à retenir : “Magnolia”

Si vous avez l’impression que ce premier projet du jeune rappeur rattaché au A$AP Mob n’a pas forcément eu l’impact escompté le jour de sa sortie (malgré son énorme single “Magnolia”), c’est évidemment dû à son timing douteux. En effet, la concurrence de DAMN. a évidemment été compliquée à gérer. Au-delà de ça, Carti a su brillamment réunir son univers dont nous avions eu les prémices sur Soundcloud ces dernières années. Bien aidé par le producteur Pierre Bourne qui l’a aidé à trouver le juste milieu entre banger et cloud rap, Carti pèse ses mots et rien n’y est superficiel. Efficace, concis, charismatique et polyvalent, à l’heure où Carti n’a que 20 ans, son statut de futur porte-étendard du rap d’Atlanta ne fait que peu de doutes.

12. Future, Future

Date de sortie : 17 février 2017

Le morceau à retenir : “Mask Off”

De cet album, on retiendra forcément le single incroyable qu’est “Mask Off”, à coté de ça, Future a fait le taff sans pour autant livrer son meilleur projet dans la globalité cette année. Assez différent du reste de sa discographie puisque peu personnel, cet album de Future est la parfaite définition de l’aspect anti-héros voir même bad guy qui se dégage de son rap. Terminé les lamentations sur son ancienne relation, l’artiste d’Atlanta montre une version froide et robotique de sa personnalité, tout le contraire de l’album HNDRXX sorti une semaine plus tard… Son flow et ses thèmes lui confèrent une puissance et une noirceur qui permettent à l’album de facilement marquer l’auditeur. Comme souvent, Future fait mouche.

11. A.CHAL, ON GAZ

Date de sortie : 2 juin 2017

Le morceau à retenir : “Perdóname”

A.CHAL est, pour ceux ne le connaissant pas, un artiste péruvien vivant en Californie et étant passé par New York à la suite de son immigration. Ayant des difficultés avec l’anglais pendant son enfance, la musique est ce qui lui a permis de se créer un point commun avec autrui et de s’ouvrir aux autres. Véritable thérapie pour lui, A.CHAL rend à la musique ce qu’elle lui a apporté avec une seconde mixtape bluffante. La qualité et la finesse des productions est remarquable, sa capacité à osciller entre anglais et espagnol offre à sa musique une forme rare et dépaysante à l’heure actuelle. Un projet plus complet et un single majeur lui auraient sans nul doute offert une place dans le top 10, mais vu le potentiel du jeune homme, ce sera sans aucun doute pour le prochain projet.

10. Sampha, Process

Date de sortie : 3 février 2017

Le morceau à retenir : “Plastic 100°C”

Chanteur, auteur, producteur, le talent pluriel de Sampha ainsi que ses collaborations avec les plus grands de la musique (Drake, Solange, Kanye West…) l’ont fait devenir l’un des jeunes artistes les plus en vus de sa génération. Après deux EP en 2010 et 2013, Sampha a sorti en 2017 son premier album. Process, du haut de ses 10 tracks, est un album très introspectif et rempli d’émotions où l’artiste donne l’impression de se découvrir au fur et à mesure des morceaux. Sampha y évoque notamment la maladie de sa mère dans “Kora Sings” ou encore ses démons dans “Plastic 100°C”, n’hésitant donc pas à évoquer des thèmes compliqués. Véritable surdoué musical, Sampha remplit la tête de son public d’images fortes et transmet son émotivité incroyable. En plus d’être le meilleur projet de sa carrière, Process est l’un des albums les plus marquants de cette première moitié de l’année 2017.

9. Kodak Black, Painting Pictures

Date de sortie : 31 mars 2017

Le morceau à retenir : Tunnel Vision

Peu de rappeur ont débuté leur carrière avec autant de fascination sur leur musique et leur personnalité que Kodak Black. Véritable gamin à l’échelle du rap, Kodak livre pourtant une musique très mature, presque usée par la vie malgré son jeune âge et ce, entre deux aller-retour en prison. Le storytelling est si naturel avec lui qu’on en oublie forcément les défauts que possède l’album. Il chante mal, n’est pas mieux produit que la moyenne et n’enchaîne pas les multi-syllabiques, pourtant Kodak fascine de part sa capacité à conter une histoire avec brutalité malgré son faciès infantile, fascine de part l’impact de sa musique et surtout charme de par son flow souvent paranormal. Kodak Black ne révolutionnera jamais le rap aussi bien dans le fond que la forme mais Painting Black confirme la donne : le rappeur originaire de Floride possède un avenir brillant si il reste éloigné de la prison.

8. Stormzy, Gang Signs & Prayers

Date de sortie : 24 février 2017

Le morceau à retenir : “Cigarettes & Cush” feat Kehlani

Le nouvel homme fort de la grime a frappé un grand coup avec son premier album Gang Signs & Prayers. L’anglais a su démontrer avec ce projet sa pluralité dans le hip-hop, que ce soit avec des titres explosifs et streets tel que “Cold”, “Shut Up” ou “Big For You Boots” ainsi que des morceaux marqués par un RnB romantique et mélancolique tel que “Cigarettes & Cush” et “Don’t Cry For Me”. Entre dureté et douceur, criminalité et spiritualité, regrets et ambitions, Stormzy livre une partition impressionnante qui ne marque pas de fausses notes. Si le doute persistait encore, Stormzy a prouvé avec ce premier album que le futur du rap outre-Manche et donc de la grime, c’est bien lui.

7. Future, HNDRXX

Date de sortie : 24 février 2017

Le morceau à retenir : “Sorry”

Avec ce deuxième album en deux semaines, Future frappait un grand coup en février dernier et s’affirmait comme le rappeur du début d’année. Au contraire de son prédécesseur Future, HNDRXX est beaucoup plus intimiste. On retrouve le rappeur d’Atlanta livrer ce qui s’apparente souvent à des confessions et des morceaux servant sans doute à se repentir. L’incroyable track “Sorry” en est sans doute le meilleur exemple. Toujours aussi bien produit, l’album nous offre la meilleure version d’un Future qui semble plus à l’aise que jamais avec son style si clivant et pourtant si efficace.

6. Drake, More Life

Date de sortie : 18 mars 2017

Le morceau à retenir : “Ice Melts”

Avec More Life, toute l’ambition était de créer un prototype musical long, varié et censé mettre en avant sa domination des genres entre rap, RnB et pop. Construit de façon à être la playlist de toutes les occasions qui ambiancera nos vies, avec un éclectisme forcément de mise, le sentiment est que chaque titre peut être ressorti de son contexte, comme un enchainement de 22 singles. Drake se place au dessus de la mêlée grâce à ses egotrip censés nous rappeler sa domination de l’industrie. Malheureusement, un peu d’auto-suffisance lui a fait perdre sa place de numéro 1 des charts et un manque évident de cohérence global au projet empêche More Life de se retrouver plus haut dans le classement. Cela reste toutefois, et sans l’ombre d’un doute, un projet riche (notamment grâce à l’apport des artistes anglais) qu’il sera idéal de réécouter cet été.

5. Joey Bada$$, All-AmeriKKKan Bada$$

Date de sortie : 7 avril 2017

Le morceau à retenir : “Ring The Alarm” feat Meechy Darko, Kirk Knight & Nyck Caution

Au détour d’un passage dans la série “Mr Robot” pour son premier rôle d’envergure, Joey est de retour le 7 avril 2017 avec un second album brut et sans détour sous forme de piqûre de rappel à une génération bien trop endormie selon lui. Le message de Joey est sans retenue, son projet est marqué par des thèmes engagés amenés par le biais d’un discours fédérateur. Fini le Joey Bada$$ simplement dans la démonstration de sa technique, l’egotrip et l’hommage au rap du siècle dernier de la mixtape 1999. C’est désormais un album violemment engagé contre Trump, le racisme ancré dans la société américaine ou encore la lutte des classes où Bada$$ allume une flamme révolutionnaire qui jamais au court de ce projet de 12 titres ne s’éteindra.

4. Khalid, American Teen

Date de sortie : 3 mars 2017

Le morceau à retenir : “Saved”

À 19 ans, celui qui s’est désormais affirmé comme le présent et le futur du R&B, a dévoilé un premier album American Teen qui, comme son nom l’indique, est une mise en musique moderne et élégante de l’adolescence. L’album offre l’agréable sensation que tous les tracks sont reliés entre eux, que Khalid a su, malgré le nombre de single, donner énormement de cohérence à l’ensemble. Nul doute qu’il restera à l’époque moderne comme un hymne à la jeunesse. Doté d’une vibe envoutante, de quelques singles bluffants et d’un univers riche malgré sa jeunesse, American Teen semble être l’étape majeur de la naissance d’une star et pourquoi pas du prochain visage du R&B.

3. Migos, C U L T U R E 

Date de sortie : 27 janvier 2017

Le morceau à retenir : “Bad and Boujee”

Le trio d’Atlanta a réalisé un parcours incroyable ces douze derniers mois, avec en point d’orgue le hit planétaire “Bad and Boujee” qui leur a offert une visibilité sans précédente. Culture se devait donc d’être l’album qui confirme le passage du trio d’Atlanta de star à superstar et c’est pleinement réussi, et ce, deux ans après que beaucoup de fans sentaient le groupe en bout de course. Des progrès évident, une technique incroyable en pliage de productions, des flows multiples, cet album ne souffre d’aucun temps mort et la recette trap magnifiée à toutes les sauces est un régal qui, six mois après, ne souffre d’aucune contestation. Désormais, le monde entier attend Culture 2.

2. Young Thug, Beautiful Thugger Girls

Date de sortie : 16 juin 2017

Le morceau à retenir : “Family Don’t Matter”

Véritable ovni de l’industrie, Young Thug a annoncé en avril dernier la sortie d’un album de chant dont le producteur exécutif serait Drake. Évidemment, cela a surpris beaucoup de monde, mais sans forcément étonner les fans de longue date l’artiste qui savent que son plan de carrière est totalement imprévisible et qu’on ne sait jamais de quoi demain sera fait avec lui. Au final, Drake n’est crédité nul part mais ce premier album de Thugga est une véritable claque artistique qui nous emmène dans un univers réinvité, remodelé, tel un enfant qui joue avec de la pâte à modelé, Thugger fait ce qu’il veut de sa voix, de ses influences, et recrache le tout pour un rendu aussi éclectique que brillant. Un temps pensé comme un album de country, cela s’en tient seulement aux deux premiers morceaux puisqu’ensuite Beautiful Thugger Girls oscille entre différents genre avec notamment des relents de Folk, de Trap, de R&B, tout en offrant des performances de chants qui sont pratiquement sans égales dans l’histoire du rap. Ce projet vient démontrer l’étendu de sa palette artistique, où Young Thug se permet même surprendre avec de nouvelles gimmicks, tout en s’appropriant les codes des genres avec une aisance folle et en ayant épuré son style. Toujours sans single, sauf surprise, cet album n’en a au final même pas besoin pour briller et réaffirmer un peu plus la place de Young Thug comme l’une des meilleures choses qui soit arrivée à la musique ces dernières années.

1. Kendrick Lamar, DAMN.

Date de sortie : 7 avril 2017

Le morceau à retenir : “HUMBLE.”

Aucun autre album ne méritait cette première place pour la simple et bonne raison qu’aucun projet de cette liste ne marquera l’histoire du hip-hop comme DAMN. va le faire, et ce pour de nombreuses raisons. C’est l’album de la dichotomie, de l’opposition permanente entre le réel et le spirituel, le bien et le mal, la vie et la mort, le vice et la vertu. Un enseignement qui se veut spirituel, sans pour autant revêtir la même forme lyricale parfois pesante qui occupait une grande partie de To Pimp A Butterfly, et qui tire ses inspirations du récit de vie que propose Kendrick. C’est le projet de la maturité artistique, le projet des plus gros succès commerciaux sans pour autant en perdre son épaisseur et son discours. C’est aussi le projet réunissant le meilleur de ses deux derniers albums. En bref, c’est le projet d’une année, voir même le projet d’une génération, mais ça c’est l’histoire qui prendra le temps de nous l’enseigner. En attendant, et pour mieux en comprendre les ressorts du meilleur album de ses 6 derniers mois, on ne peut que vous inviter à relire pourquoi DAMN. est un double album.

Pin It on Pinterest