Une étude canadienne démontre qu’écouter de la musique déclencherait les mêmes réactions neurologiques que la prise de drogue et qu’une partie de jambes en l’air.

Des chercheurs de l’université McGill se sont penchés sur le plaisir que peut provoquer l’écoute de l’un de nos morceaux favoris. Les sujets de cette étude ont tous pris une comprimé de Naltrexone, un médicament destiné à bloquer les effets euphorisants des drogues dures sur le cerveau et fréquemment utilisé lors des cures de désintoxication. Les chercheurs canadiens ont ensuite demandé aux participants de l’étude d’écouter des morceaux déclenchant habituellement chez eux une forte réaction émotionnelle. Ils ont alors découvert que le Naltrexone ne diminuait pas seulement le plaisir induit par la consommation de drogue, mais que le médicament diminuait radicalement le plaisir ressenti à l’écoute d’une musique qui nous est chère.

La conclusion de Daniel Levitin, le directeur de l’étude, explique que les morceaux que l’on aime utilisent les mêmes “voies de récompenses” neurologiques que la drogue, la nourriture ou encore l’activité sexuelle. Il explique : “On sait de source sûre que la musique peut provoquer un sentiment de plaisir. C’est pourquoi la plupart des gens classent la musique dans les plus grands plaisirs de leurs vies, très souvent devant l’argent, la nourriture ou l’art en général. Bien que les schémas cognitifs des effets de la musique aient été largement étudiés ces quinze dernières années, on ignorait encore beaucoup de choses sur les schémas neurochimiques provoqués par l’écoute musicale.”

Les participants de l’étude ont en effet tous reconnus ne plus rien ressentir au fond d’eux lorsqu’ils écoutaient leurs tracklists : “Les sensations ressenties par les sujets et dont ils faisaient part après l’expérience étaient incroyables. L’un d’entre eux nous a dit: ‘Je sais qu’il s’agit de ma chanson préférée, mais je ne ressens pas du tout la même chose que d’habitude en l’écoutant.’ Un autre nous a affirmé: ‘C’est une jolie chanson, mais elle ne vient pas me chercher.”. Vous l’aviez certainement remarqué, c’est désormais confirmé : la musique est une drogue à consommer sans modération.

Découvrez le reste de l’actualité musique.

Pin It on Pinterest