Redoutable scoreur, Klay Thompson se fait plutôt discret offensivement durant ces playoffs enchaînant les mauvais pourcentages. Pourtant, l’arrière de Golden State sait se montrer toujours aussi important.

Qui ne se rappelle pas de ses 60 points en 29 minutes ? Ou alors de son coup de chaud en playoffs dans le game 6 la saison dernière dans l’Oklahoma avec ses 11 tirs primés ?

Klay l’a démontré à de multiples reprises, il est un redoutable scoreur, capable de prendre feu derrière l’arc, un danger à lui tout seul à surveiller de très près. Lui qui a tourné à 22.3 points cette saison n’a pas vu ses statistiques en baisse après l’arrivée de Kevin Durant comme certains le prédisaient, mieux encore, il tire plus que la saison dernière avec 17.6 tentatives par match. Il était donc normal d’attendre de l’arrière de continuer sur sa lancée et d’apporter une menace constante, malheureusement ses playoffs sont décevants offensivement.

Avec 6 points à 3/16 au tir, le premier match de Klay en finale était dans la continuité de ses playoffs. Avec 13.8 points en post-saison, c’est la pire performance au point pour l’arrière de 27 ans, contre 24.3 l’an dernier. Si l’apport de Durant influe forcément sur ces chiffres, notamment par le fait que Klay ne prend que 5.5 tirs par matchs, ses pourcentages sont mauvais : 36.6 au tir et 33.8 derrière l’arc, ce qui est pourtant son exercice favori. Même sur la ligne il ne tire qu’à 80 % contre 85 % en saison régulière. Une panne offensive qui n’inquiète pourtant pas l’arrière :

 Bien sûr que je pourrais mieux shooter, j’espère en mettre quelques-uns supplémentaires dimanche, au lieu de gagner de 20 ou 30 points. Si je marque six points mais qu’on gagne quatre matchs et le titre, je peux le faire chaque année. Je ne suis pas là pour faire des stats.

Mais si l’arrière n’est pas sous le feu des critiques, c’est que le joueur est connu aussi pour être un très bon défenseur. Éteignant complètement Patty Mills lors de la série contre les Spurs, il a fait encore parler ses qualités défensives, parfois trop oubliées. Et pour son coach Mike Brown, les 91 points et les 20 pertes de balles de Cleveland renforcent cette idée :

Il faut lui donner un énorme crédit. Il doit se battre contre les écrans, les coups, contester les tirs, les rebonds, il tente tout en défense.

C’est un rôle délicat pour l’arrière, car s’il continue d’avoir des opportunités et qu’il tente de jouer son jeu, il sait qu’il est devenu la troisième option offensive derrière Curry et Durant. On lui demande forcément de plus s’impliquer défensivement, car sa priorité reste la gagne :

Je joue dur des deux côtes du terrain. Et même si je rate des tirs, je peux toujours contrôler ma défense. Donc j’essaie d’être utile même si je n’ai pas l’air de l’être.

Il traverse donc des nuits difficiles offensivement, mais les Cavaliers le savent, Klay Thompson est capable de marquer 6 points une nuit et d’en marquer 60 la suivante. Voilà pourquoi il n’est pas inquiet et voilà pourquoi les Cavs devraient l’être. Sans être adroit offensivement, il reste un redoutable atout au côté de Draymond Green pour bien défendre, le game 1 face à Cleveland l’a une nouvelle fois prouvé. Et même avec des nuits compliquées offensivement pour Thompson, les Warriors continuent d’être invaincus cette saison, pas de quoi être inquiet du côté de Golden State.

Pin It on Pinterest