Après 2460 matchs de saison régulière et 74 de playoffs, nous y voilà. Les finales NBA débutent cette nuit et opposeront une fois de plus les Cavaliers aux Warriors.

Un choc des titans

C’est la troisième année consécutive que Cleveland et Golden State se retrouvent en finale NBA. La première manche a été remportée par les Warriors en 2015 et la seconde par les Cavs au terme d’un final inoubliable. C’est bien simple, les deux franchises dominent la NBA de la tête et des épaules depuis trois saisons. Les retrouver à un tel niveau une fois de plus n’a rien d’étonnant. Les Warriors et leur super-team, renforcée par Kevin Durant cet été, font figure de favoris selon les bookmakers. Néanmoins, les Cavs du King James ont montré l’an dernier qu’ils étaient capables de tout. Avec des oppositions entre les meilleurs joueurs de la ligue à presque chaque position, ce nouveau duel devrait nous emmener vers les sommets. Une affiche sans surprise, mais ô combien alléchante.

Une rivalité en passe de devenir légendaire

“Warriors blew a 3-1 lead” a sûrement été la phrase de l’année chez les fans de NBA. En réalisant l’inpensable l’an dernier, les Cavaliers ont continué d’écrire la légende des confrontations entre Warriors et Cavaliers. Pas encore aussi mythique que celle qui opposait les Lakers et les Celtics de Magic et Bird dans les années 80, la rivalité entre Cleveland et Golden State a depuis longtemps dépassé le simple cadre du parquet. Outre les sommets atteints sur le plan du jeu, trashtalking, tension extrême et coups bas sont le lot des confrontations entre les deux mastodontes. De Curry espérant que le “vestiaire de Cleveland sentent toujours notre champagne” après le titre de 2015 au gâteau de la soirée d’Halloween de Lebron cette année, un cake frappé de l’inscription “3-1 Lead”, sans oublier le sans équivoque “Je veux les détruire intégralement” de Draymond Green il y a quelques semaines, les joueurs des deux franchises sont loin de s’apprécier et ils ne s’en cachent pas.

Parce qu’on s’est ennuyé en playoffs

Avec seulement 74 rencontres de playoffs disputées, la NBA a battu un record depuis l’instauration du format au meilleur des 4 matchs. Dénués d’intérêts, ennuyeux et surtout prévisibles, ces playoffs ne nous ont pas fait vibrer. Malgré quelques petites étincelles par ci par là, cette cuvée 2017 a rarement flirté avec les sommets. En témoigne l’ultra-domination des deux finalistes qui arrivent avec zéro défaite pour Golden State et une pour les Cavs, qui ont eu la décence de laisser un match aux Celtics. Ces playoffs ne nous ont offert aucun affrontement épique, au contraire des années précédentes. Les deux franchises aujourd’hui en finale ont écrasé la concurrence comme jamais auparavant, au grand détriment du suspens et de l’émotion. Cela devrait être différent dès ce soir.

LeBron face à l’histoire

Le King va jouer ses septièmes finales consécutives. Alors que la comparaison entre son oeuvre et celle de Michael Jordan se fait de plus en plus insistante ces dernières semaines, LeBron sait qu’il fait face à son destin. Il est conscient qu’il devra réaliser le back-to-back pour continuer de “chasser le fantôme de Chicago” selon ses termes. Impérial jusqu’ici dans ces playoffs, l’ailier des Cavs va devoir prouver au monde entier qu’il est capable de terrasser une nouvelle fois l’armada Warriors. Bien sûr, LeBron ne gagnera pas seul. Mais il sera évidemment le facteur déterminant chez les Cavs. Son duel face à Kevin Durant sera l’une des oppositions les plus palpitantes sur le parquet. À 32 ans, LeBron a l’occasion d’entrer un peu plus dans l’histoire en cas de victoire. Le King fait face à l’un de ses plus grands défis.

L’honneur de Kevin Durant

Tout a été dit sur le départ de KD d’Oklahoma City l’été dernier. Qualifié de traître par une grande partie de l’opinion publique, Durant a choisi de rejoindre l’effectif déjà stratosphérique des Warriors dans le but de gagner des titres. Une victoire lors de ces finales, synonyme de première bague de champion pour KD, justifierait son choix tant contesté. En cas de défaite, les critiques et les attaques continueront sans aucun doute de pleuvoir. Peut-être le meilleur attaquant de la ligue, Kevin Durant fera face à un sacré client lors de cette confrontation. Son duel avec LeBron sera l’une des clés de la finale. Si il en sort vainqueur, nul doute que KD fera fermer quelques bouches. Il sera néanmoins l’un des joueurs avec le plus de pression sur les épaules lors de cette finale.

Pin It on Pinterest