La Grosse Pomme ne répond plus.

Tout avait pourtant si bien commencé. Si vous avez déjà passé un été à New York, vous savez que la chaleur de la ville peut être étouffante. Et c’est une véritable canicule qui s’est abattue sur Gotham il y a de cela quelques mois. Les arrivées estivales avaient fait soufflé le chaud sur une ville attendant désespérément la renaissance de son équipe. Huit mois plus tard, force est de constater que les Knicks semblent plus au fond que jamais. Retour sur cette lente descente aux enfers en quelques dates clés.

Juin-Juillet 2016 : Les promesses

Après une saison 2015-2016 terminée à la 13ème place à l’Est, avec un bilan peu glorieux de 32 victoires pour 50 défaites, Phil Jackson décide de trancher dans le vif. Le président des Knicks choisit Jeff Hornacek pour être le nouveau coach de l’équipe et promet l’arrivée de renforts de poids durant l’été. L’ancien MVP Derrick Rose pose ses valises à New York à la fin du mois de juin, accompagné de son coéquipier Justin Holiday. Calderon, Lopez et Grant font le voyage inverse et s’envolent vers Chicago.

Bien que sa carrière soit pourrie par les blessures depuis de trop longues années, l’arrivée de Rose ravit de nombreux fans des Knicks. En juillet, ce sont Joakim Noah, Courtney Lee et Brandon Jennings qui arrivent à Manhattan. Les spéculations vont alors bon train. Jusqu’où peuvent aller ces Knicks new look ? Est-on en présence d’une nouvelle superteam ? La hype autour des new yorkais est totale. Atteindre les play-offs semble être le minimum vital. Melo le clame haut et fort :“Cette année sera dingue pour les Knicks”.

19 octobre 2016 : Derrick Rose est acquitté

Accusée de viol en réunion par son ancienne petite amie, D-Rose et deux de ses amis d’enfance se retrouvent au coeur d’un tourbillon médiatique et judiciaire de grande ampleur à quelques semaines du début de la saison régulière. Le procès se tenant à Los Angeles, le meneur ne participe pas réellement au camp d’entraînement de la franchise new-yorkaise. Hornacek l’annonce dans les colonnes du New York Post : Tant que sa situation judiciaire ne sera pas réglée, Rose demeurera écarté du groupe.

Les accusés seront finalement blanchis après deux semaines de procédure. À une semaine de l’ouverture des hostilités en NBA, Rose n’a quasiment pas pu prendre ses repères au sein de sa nouvelle équipe. Le meneur a en effet manqué cinq matchs de préparation et sept entraînements collectifs. Cette préparation tronquée sur le plan sportif et dramatique sur le plan médiatique marquera le début des maux des Knicks.

De décembre 2016 à Janvier 2017 : La série noire

Le début de saison des Knicks est plutôt correct. Les new-yorkais atteignent Noël avec un bilan potable de 16-13 et quelques belles promesses entrevues dans le jeu. Mais les fêtes de fin d’année marqueront le début de l’écroulement. Du 25 décembre au 31 janvier, les Knicks s’inclineront à 16 reprises, pour seulement 5 victoires. Les résidents du Madison Square Garden se retrouvent avec un bilan de 21-29 au début du mois de février. Les new-yorkais ne repasseront jamais dans le positif.

9 janvier 2017 : L’imbroglio D-Rose

Les Knicks affrontent les Pelicans au MSG. Derrick Rose s’échauffe avec ses coéquipiers comme à son habitude, mais il ne figure au final pas sur la feuille de match. La raison ? Personne ne la connaît pour le moment. Le numéro 25 s’est volatilisé. On retrouve son maillot dans son casier et c’est à peu près tout. La confusion est totale, son propre entraîneur n’étant pas au courant d’où est passé le joueur, comme il le déclare au micro d’ESPN : “A l’heure actuelle, nous ne disposons pas de suffisamment d’informations pour vous dire quoi que ce soit. Nous devons donc attendre jusqu’à ce que nous entendions quelque chose de la part de Derrick lui-même”.

Rose préviendra finalement ses dirigeants par texto qu’il est rentré à Chicago pour une urgence familiale. Il s’expliquera devant les médias deux jours plus tard, avançant un besoin viscéral de retrouver sa famille, mais surtout un “besoin d’espace”. Le mal-être est palpable et cette nouvelle mascarade prouve une fois de plus que quelque chose ne tourne pas rond à New York. Le manque de gouvernance dont souffre les Knicks est une fois de plus exhibé au grand jour.

8 février 2017 : La légende Oakley expulsé du Garden

Figure emblématique des succès des Knicks dans les nineties, Charles Oakley revient assister à un match au Madison Square Garden pour la première fois depuis longtemps. En conflit ouvert avec James Dolan, le contesté propriétaire de la franchise new-yorkaise, Oakley n’assistera finalement qu’à une moitié de quart-temps du match opposant les Knicks aux Clippers.

Présent dans les premiers rangs, Oakley se serait gentiment chauffé avec le propriétaire de la franchise en lui envoyant quelques mots doux. La sécurité intervient et Oakley ne se laisse pas faire, fidèle à sa réputation. La confusion est totale dans les gradins du MSG, ainsi que sur le parquet. Les Knicks s’inclineront, Oakley se fait viré de son arène et Dolan est conspué par des fans à bout de nerfs.

25 mars 2017 : Joakim Noah suspendu 20 matchs

Pas loin d’être catastrophique, la saison du pivot français a pris une sale tournure la semaine dernière. L’ancien Bulls ayant consommé un produit médical non-autorisé par la NBA, il se voit infligé une suspension de 20 matchs. Noah manquera donc la fin de la saison ainsi que le début du prochain exercice. Poussé en dehors du cinq majeur par Willy Hernangomez, le français vit pour le moment un calvaire du côté de New York. Son retour dans sa ville natale ressemble de plus en plus à un fiasco et son contrat faramineux de 72 millions sur 4 ans énerve passablement en ville.

30 mars 2017 : Les Knicks sont officiellement éliminés de la course aux play-offs

Défait par le Heat au Madison Square Garden (105-88), les new-yorkais disent définitivement adieu aux play-offs. Les objectifs du début de saison semblent désormais bien loin. Maintenant place au tanking pour espérer obtenir un bon choix lors de la prochaine Draft.

2 avril 2017 : Le ménisque de Rose lâche

Jusqu’au bout. Les Knicks ont annoncé ce dimanche que la saison de D-Rose était terminée suite à une déchirure du ménisque. Le meneur va donc subir une quatrième opération du genou… A quelques semaines de se retrouver free agent. Une tuile de plus pour l’un des plus gros talents gâchés de la dernière décennie. Ue nouvelle fois, la question de l’avenir au plus haut niveau de Derrick Rose se doit d’être posée.

Cette saison en forme de purge pour les Knicks touche bientôt à sa fin. Place maintenant à la reconstruction du côté de New York.

Et dieu sait que Gotham a plus que jamais besoin d’un héros.

Pin It on Pinterest

Plus dans NBA, Sport
Quel avenir pour Derrick Rose ?

Fermer