Grande source d’inspiration pour les cinéastes, le sport s’est retrouvé au coeur de nombreux grandes oeuvres cinématographiques.

Rocky de John G. Avildsen (1976)

Avec moins d’un mois de tournage, un budget dérisoire, un scénariste inconnu au bataillon souhaitant également tenir le rôle principal du film, peu de gens croyaient en “Rocky”. Trois Oscars et 225 millions de dollars de recette mondiale plus tard, Sylvester Stallone est sur le toit du monde. Racontant l’histoire d’un boxeur venu de nul part en quête de gloire, ce long-métrage est rapidement devenu culte. On défie quiconque de dire qu’il n’a pas eu des frissons lors de la scène de la montée des marches.

Raging Bull de Martin Scorsese (1980)

Quatre ans après “Taxi Driver”, Martin Scorsese retrouve Robert De Niro et signe l’un des plus beaux chefs-d’oeuvres de sa filmographie. Tourné en noir et blanc, ce récit de l’existence du mythique boxeur Jake Lamotta est époustouflant. Aussi habile sur le ring que brisé dans sa vie intime, celui que l’on surnommait le “Taureau du Bronx” est sublimé par un De Niro au sommet. “Raging Bull” fut élu meilleur film de la décennie à la fin des années 80 et on comprend facilement pourquoi.

Rasta Rockett de John Turteltaub (1993)

On vous l’accorde, Rasta Rockett ne correspond pas vraiment à la définition du chef-d’oeuvre cinématographique. Il n’en demeure pas moins un excellent feel-good movie, bourré de scènes cultes. Basé sur l’histoire vraie de la participation d’un équipage jamaïquain de bobsleigh aux J.O d’hiver de 1988, cette comédie américaine raconte une très belle histoire avec beaucoup d’humour. Un film régulièrement diffusé sur une chaîne de la TNT un soir de semaine.

He Got Game de Spike Lee (1998)

Nul ne l’ignore, Spike Lee est un fan invétéré de basket et notamment des New York Knicks, l’équipe de sa ville natale. Dans “He Got Game”, Ray Allen (lui-même joueur majeur de la NBA dans les années 2000) joue le rôle d’un lycéen prodige de la balle orange, courtisé par les plus grandes universités du pays. Son père (Denzel Washington) croupit en prison pour le meurtre de sa femme, mais peut bénéficier d’une remise de peine s’il arrive à convaincre son fils de jouer pour l’université favorite du gouverneur de l’état. Un drame familial profond et intense qui porte un oeil critique sur les dérives inquiétantes du sport universitaire aux Etats-Unis.

L’enfer du dimanche d’Oliver Stone (1999)

Pas besoin d’être fan de football américain pour apprécier “L’enfer du dimanche”. Réunissant un casting cinq étoiles (Al Pacino, Jamie Foxx, Cameron Diaz, Dennis Quaid), Oliver Stone nous plonge dans l’univers sans pitié de la NFL. Bien que boudé par la critique américaine, “L’enfer du dimanche” cartonna au box-office. On retiendra bien évidemment l’époustouflante causerie d’avant-match d’Al Pacino vers la fin du film. Une inspiration infaillible pour de nombreux entraîneurs et joueurs, toutes disciplines confondues.

Million Dollar Baby de Clint Eastwood (2004)

Oui, encore un film sur la boxe. Il faut dire que le noble art, de par sa dramaturgie et les histoires qu’il raconte, est une fantastique inspiration pour les réalisateurs. À la fois derrière et face à la caméra, Clint Eastwood interprète Frankie, un entraîneur grincheux et sur le déclin, qui accepte d’entraîner Maggie (Hillary Swank), une jeune boxeuse prometteuse. Sublime de bout en bout, “Million Dollar Baby” est une véritable claque. Il triompha aux Oscars 2005 en remportant notamment l’Oscar du meilleur film, de la meilleure actrice et du meilleur réalisateur. Un chef d’oeuvre.

Goal : Naissance d’un prodige de Danny Cannon (2006)

Il existe très peu de films de qualité sur le football. Bien que plein de bons sentiments et assez prévisible, “Goal” a marqué toute une génération de fans du ballon rond. L’histoire de Santiago Muñez est culte pour beaucoup d’entre nous. Santi est un jeune prodige mexicain arrivé tout droit de Los Angeles pour percer en Angleterre chez les Magpies de Newcastle. Et bien évidemment, son ascension sera semée d’embuches. Plaisant à suivre et intéressant pour la réalité du foot pro qu’il dépeint, “Goal” est bourré de guest-stars jouant leur propre rôle, les galactiques Beckham, Zidane et Raúl en tête.

The Wrestler de Darren Aronofsky (2008)

Le fascinant réalisateur de “Requiem for a Dream” et “Black Swan” offre à Mickey Rourke un rôle quasi autobiographique. En interprétant un ancien catcheur vedette des années 80 aujourd’hui tombé dans l’oubli et la précarité, Rourke livre la prestation de sa vie. A la fois tendre et violent, “The Wrestler” est une magnifique oeuvre sur l’existence d’un sportif. Ce long-métrage a rencontré un succès critique extraordinaire avec notamment un Lion d’Or à Venise en 2008 et un Golden Globe du meilleur acteur pour Mickey Rourke. Une renaissance aussi inespéré que jouissive.

Invictus de Clint Eastwood (2009)

A-ton vraiment besoin de pitcher “Invictus” ? Nouveau carton planétaire de Clint Eastwood, ce film raconte l’histoire vraie de la victoire de l’Afrique du Sud lors de la Coupe du Monde de rugby 1995 organisée à domicile, quelques mois après la fin de l’Apartheid. Dans un pays totalement divisé socialement, Nelson Mandela (Morgan Freeman) voit dans l’organisation de cette coupe du monde l’occasion d’unir le peuple sud-africain. Même s’il s’autorise quelques libertés avec le véritable déroulement des événements, “Invictus” n’en demeure pas moins un très beau film sur l’impact que peut avoir le sport sur une société fracturée.

Le Stratège de Bennett Miller (2011)

Totalement absent du paysage sportif français, le baseball est le sujet central du film de Bennett Miller. Là encore inspiré d’une histoire vraie, cet excellent long-métrage s’intéresse à la révolution provoquée par l’utilisation de la sabermétrie (une approche purement statistique du baseball) par les Oakland Athletics en 2002. Cette adaptation du best-seller “Moneyball” s’intéresse au travail de Billy Beane et Peter Brand pour mettre en place une équipe de qualité avec des moyens financiers très limités. Avec Brad Pitt et Jonah Hill au casting, “Le Stratège” a rencontré un beau succès outre-Atlantique. Passionnant pour les amateurs de sport et d’économie.

Pin It on Pinterest