C’était parti pour être une fête de l’Air. Non, pas le repas d’entreprise d’Easyjet, mais bien le Nike Air Max Month. Malheureusement, il faut surtout de la chance pour y être convié, car tous n’auront pas le privilège de mettre la main sur une paire d’Elefant ou de Master.

T’es sorti hier soir, rentré à 4h30 ce matin et t’as encore 1 gramme par bras? Sans déconner, t’as vraiment mis ton réveil à 8h30 pour participer au tirage au sort? Ah oui, trente minutes à l’avance pour être sûr de pas le rater, du coup tu te promènes sur Views pour passer le temps, belle initiative ça par contre.
Après les modèles OG rouges et bleus distribués en 500 exemplaires chacun en France, c’est au tour de la Master de débarquer ce matin. Des quantités toujours très limitées, même si les boutiques possédant le fameux compte Tier Zéro sont plus nombreuses à l’avoir reçue que les coloris originaux de la semaine dernière. Déception donc avant même sa sortie, car le modèle black était attendu dans des stocks raisonnables, sachant que la white a été distribuée par Nike à ses Friends & Family seulement. Tu l’auras compris, si tu n’es pas en ce moment-même au fond d’une chaise de camping, certains anglais ou adolescents français en pleines révisions du bac te le diront : L, loose, autrement dit, tu l’auras pas.
Ou alors tu feras partie des rares chanceux, très chanceux à avoir réalisé un coup de maître. Le trèfle à quatre feuilles dans ta poche, tu attendras impatiemment ta confirmation de commande. Impatience justifiée, parce que même si cette Master ne déchaîne pas les foules, elle reste une basket que tous les collectionneurs rêvent d’acquérir, surtout s’ils sont nés avant la première Air Max 1. Plus qu’un simple arc-en-ciel, elle retrace l’histoire de cette sneaker iconique à travers ce mélange de 12 échantillons tirés des AM1 les plus emblématiques.

La liste des 12 modèles mis à l’honneur.

Bien loin de la hype de la 97 ou d’une Yeezy chez Adidas, le “Maître” se veut d’avantage mémorable. Une paire donc dont on risque bien sûr d’entendre parler en 2027 encore, c’est pourquoi on finit par te pardonner le réveil anticipé… à une condition : promets-nous de te rendormir après le tirage au sort, même si tu seras, c’est inévitable, énervé de ne pas l’avoir eue, ou alors plus improbable, tout excité de l’avoir obtenue… C’est par ici que ça se passe, alors bonne chance.

Pin It on Pinterest