Série sombre au casting d’exception, Big Little Lies a débuté il y a deux semaines sur HBO. On vous propose aujourd’hui de découvrir cette oeuvre dramatique et intense, qui a envoûté la critique américaine. 

Les fans de Wisteria Lane seront sans doute déçus : La comparaison entre Big Little Lies et Desperate Housewives devra s’arrêter au fait que les deux séries mettent en scène la vie quotidienne de mères de famille américaines. Bien plus sombre que les aventures imaginées par Marc Cherry, Big Little Lies opte pour une analyse noire et profonde de la vie de ces femmes de la haute société de Monterey, Californie. La création de Jean-Marc Vallée (Dallas Buyers Club, Wild) et David E. Kelley (Ally McBeal) nous plonge dans la complexité des intrigues sociales et familiales de ces femmes qui semblent avoir beaucoup à cacher.

Nous suivons donc Jane Chapman (Shailene Woodley), une single mom bien plus jeune que la moyenne, venant d’arriver en ville, découvrant cette société si codifiée. Elle se lie rapidement d’amitié avec l’influente et colérique Madeline McKenzie (Reese Witherspoon) et sa meilleure amie Celeste Wright (Nicole Kidman), dont la vie parfaite semble sortie tout droit d’un compte Instagram. Mais les premières minutes du pilote nous dévoilent le mystère parti pour nous tenir en haleine durant les sept épisodes de cette mini-série : L’un des membres de cette communauté est mort, vraisemblablement assassiné.

Un casting d’exception

Envoûtant de par son scénario, Big Little Lies l’est également de par son atmosphère unique. Les paysages sublimes de la côte du nord de la Californie, ainsi que les maisons extraordinaires de ces familles très aisées sont un émerveillement constant pour nos yeux. La régularité des panoramas grandioses sur les falaises bordant le Pacifique sont d’une grande beauté, et ils esthétisent les (nombreux) trajets en voiture vers l’école au matin, et vers la maison le soir. Très abouti visuellement, Big Little Lies doit également sa force à l’attention qu’il porte à la musique. Le fils de Jane Chapman s’appelle notamment Ziggy, rendant un hommage non dissimulé au regretté David Bowie, tandis que la fille de Madeline ne lâche pas les playlists de son iPhone une seule seconde.

Mystérieux, sensuels et emplis de tension, les deux premiers épisodes de Big Little Lies ne nous ont pas déçus. Bien au contraire. De par sa profondeur et sa noirceur, cette nouvelle production estampillée HBO dispose de tous les arguments pour marquer 2017. Avec son casting féminin d’exception (le masculin n’est pas en reste, avec notamment la présence d’Alexander Skarsgård et d’Adam Scott), Jean-Marc Vallée s’est très bien entourée pour dépeindre l’hypocrisie de la vie de ces MILF californiennes, qui vivent avec beaucoup plus de secrets que leurs radieux sourires ne peuvent le laisser présager.

Pin It on Pinterest

Plus dans Arts, Visuel
Une appli qui recense les endroits les plus cools pour vos photos

Fermer