D’après les informations du Wall Street Journal, la Maison Blanche de Donald Trump envisage dans un rapport interne d’intervenir militairement contre la Corée du Nord afin de “contrer la menace nucléaire” que représente ce pays.

La promesse du nouveau Président américain d’empêcher Pyongyang d’envoyer à nouveau un seul missile balistique intercontinental ainsi que sa volonté de ne pas abandonner les accords actuels faisant acte en Asie conduisent de nombreux leaders mondiaux à demander au Président une clarification de la ligne “diplomatique” des États-Unis.

Les USA auraient donc envisagé de revoir leur stratégie suite aux récents évènements comme le lancement d’un missile balistique dans la mer du Japon ou l’assassinat du demi-frère de Kim Jong Un, ce qui les amène aujourd’hui à envisager l’intervention militaire. Des hauts responsables militaires américains seraient à l’origine de cette option actuellement étudiée.

Le Président Donald J. Trump avait d’ailleurs réagit, comme d’habitude sur Twitter, à ces évènements :

“La Corée du Nord vient d’annoncer qu’ils sont dans la dernière phase de développement d’une arme nucléaire capable d’atteindre les U.S. Ça n’arrivera pas!” 

Toutes les options sont à l’étude, comme celle — qui ne sera pas choisie — de reconnaître à la Corée du Nord le statut d’État doté de la puissance nucléaire.

Une hypothèse risquée

L’éventualité d’une intervention militaire de la part des États-Unis pourrait encourager la Chine, effrayée à l’idée d’un conflit avec son pays voisin, à se rapprocher des exigences de Washington quant aux sanctions économiques à infliger au régime de Pyongyang. Des dirigeants chinois, japonais et sud-coréens travaillent d’ailleurs depuis l’élection de M. Trump à une réflexion visant à accentuer la pression économique et diplomatique à l’encontre du régime nord-coréen.

Le Japon est particulièrement effrayé par l’hypothèse d’une intervention armée qui, même si elle ne conduirait pas nécessairement à un conflit d’ampleur mondiale, pourrait créer une crise régionale profonde. Les dirigeants japonais sont également inquiets car la menace américaine pourrait pousser la Corée du Nord à signer un deal avec les USA, ce qui causerait sans aucun doute un désengagement de leur part dans la région, laissant le Japon, dont ils sont le plus important soutien économique et militaire, à la merci de la Corée du Nord et de la Chine.

Les inquiétudes sont donc nombreuses, allant du risque d’affrontement militaire entre les États-Unis et la Corée du Nord ou de l’accélération du programme nucléaire nord-coréen. Dans ces optiques, le Japon et la Corée du Sud vont tenter d’accroître leurs capacités militaires ainsi que leurs capacités d’intervention afin de dissuader leur voisin du Nord ou d’être en capacité de les frapper si une attaque s’avère effectivement imminente.

Pin It on Pinterest

Plus dans Société
François Fillon est mis en examen mais il reste candidat

Fermer