Entre parodies et adorations, la Yeezy 350V2 Zebra débarque demain matin. Malheureusement, c’est sans une once de plaisir que nous vous annonçons que vous ne l’aurez pas, enfin… c’est pratiquement certain.

Raison n°1

La raison, voulue par Adidas, est de continuer à faire joujou avec les quantités proposées. Vous l’aurez remarqué, jamais deux modèles de 350 n’ont été distribués équitablement. Après une production astronomique de V2 Red, Copper, Green et Oreo, la marque aux 3 bandes repart sur du très limité depuis la Bred. Mais alors que cette dernière atteignait les 30 000 paires vendues en ligne et probablement tout autant en magasins, les stocks de la Zebra devraient être… trois fois plus réduits : 17 000 unités sur leur site internet et quelques miettes dans les plus gros shops Adidas via la « Confirmed App », de quoi largement faire grimper le prix de revente de l’héritière de la Beluga.

Raison n°2

Mais pas moins capitale, la découverte d’une faille dans le système de « salle d’attente virtuelle » de Adidas par un développeur américains de « bots », ces programmes devenus incroyablement convoités en réponse à la demande de plus en plus forte des éditions limitées de diverses marques de vêtements et de sneakers.

Devenu presque viral suite aux milliers de commandes confirmées grâce au logiciel, le compte Twitter du bot s’est vu submergé de nouveaux clients, prêts à payer une centaine de dollars pour s’assurer l’acquisition de la Zebra.

En pratique ça donne quoi ? Les habituelles informations d’expédition et de carte bancaire à entrer dans le programme, puis l’ouverture de la page Yeezy sur le site officiel. Seule particularité, un petit bouton « Bypass » sur lequel un simple clic permet d’être instantanément tiré au sort pour finaliser l’achat. Rien de plus simple donc, et lorsqu’on voit les revendeurs spécialisés dans la sneaker spéculer sur des prix de revente dépassant les 1000€, on imagine aisément le nombre colossal de Yeezy addicts ayant fait cette semaine l’acquisition du robot magique. En tablant sur 5 000 paires achetées grâce à ce procédé, le calcul est simple : une dizaine de milliers de paires resteront à répartir entre les quelques millions de demandeurs restant. Vous l’aurez donc compris, si vous devenez demain l’heureux détenteur d’une Yeezy 350V2 Zebra, ralliez immédiatement le bureau de tabac le plus proche et cochez quelques numéros à l’Euromillion : vous pourrez sans doutes bientôt déménager aux Caraïbes… 

Pin It on Pinterest

Plus dans Lifestyle
Sage Elsesser à GQ : “Il y aura une autre collaboration Supreme x Louis Vuitton l’an prochain, les gosses vont devenir fous”

Fermer