Conor McGregor est plus qu’un simple combattant. Depuis plusieurs années maintenant, il fait sans cesse parler de lui pour son trash-talking et sa capacité à rendre fou ses adversaires. Si vous doutez de ses capacités de trash-talker, cet article va surement vous faire mentir.

Casser des gueules et être bien habillé

« Il y a deux choses que j’aime vraiment faire, c’est casser des gueules et être bien habillé. Je fais actuellement l’un des deux et samedi soir, je ferai l’autre. »

Août 2013, avant son combat contre Max Holloway à Boston.

Je contrôle ce sport

« Je contrôle ce truc tout entier. Je contrôle New-York. Je contrôle le sport dans son ensemble. Sans moi, rien de tout cela arrive. Tout le monde dans le “game” fait ce qu’on lui dit de faire, pas moi. Et c’est bien normal. Si je décide que quelqu’un soit en carte préliminaire, il l’est. Si je décide qu’il soit en main-event, il l’est aussi. »

Novembre 2016, à la conférence de presse pour l’UFC 205 à New-York, en réponse au fait que les combattants se plaignent de son traitement de faveur.

Je vais envahir sa favela

« Je contrôle son quartier, je contrôle Rio de Janeiro, alors de l’entendre dire qu’il est le roi et que je suis le bouffon, si on était à une époque différente, j’envahirais sa favela à dos de cheval, et je tuerais tout ceux qui ne sont pas prêt à me servir. Mais on est à une époque différente, alors à la place je vais lui le casser la gueule. »

Mars 2015, en prévision de son combat contre José Aldo à l’UFC 189.

Mes chèques sont des poids super-lourds

« La seule catégorie de poids qui m’intéresse, c’est le poids de mes chèques, et ils sont toujours en catégorie super-lourd. »

Février 2016, avant son combat contre Nate Diaz à l’UFC 196.

Je vais réarranger son visage

« Je pense qu’ils (les fans) vont voir quelque chose jamais vu auparavant. Je vais jouer avec cet homme. Je vais réarranger son visage. Sa femme et ses enfants ne vont plus le reconnaitre. Ses amis sauront qu’il n’est plus le même après le combat (…) Tu ne seras plus jamais le même. Tes enfants te supplieront “Papa, s’il te plaît, ne fait plus jamais ça!” »

Novembre 2016, lors de la conférence de presse de l’UFC 205, sur ce qu’on devait attendre de son combat contre Eddie Alvarez.

Je suis toujours humble dans la victoire comme dans la défaite

« Je suis prétentieux dans mes prédictions. Je suis confiant dans ma préparation, mais je suis toujours humble dans la victoire comme dans la défaite. »

Septembre 2014, après sa victoire contre Dustin Poirier à l’UFC 178.

Ces costumes sur-mesures ne sont pas donnés

« Ces costumes sur-mesure ne sont pas donnés. Cette somptueuse montre en or non plus, trois personnes sont mortes pour la fabriquer. Je dois terrasser mes adversaires. J’ai besoin de ses gros combats. Sinon, je vais finir endetté très rapidement. »

Août 2013, à la suite de sa victoire sur Max Holloway.

Les dieux valident les dieux

« Moi et Jésus somment en bons termes. Je suis en bons termes avec tous les dieux. Les dieux valident les dieux. »

Janvier 2016, avant son combat prévu contre Rafael Dos Anjos à l’UFC 196.

J’exprime simplement la vérité. Je suis Irlandais.

« Trash-talk? Insultes? Ce sont des propos américains qui me font rire. J’exprime simplement la vérité. Je suis Irlandais. »

Avril 2015.

Si tu respires, je ne te crains pas

« Je ne crains aucun être humain. Si tu as besoin d’oxygène, je ne te crains pas. »

Août 2013.

 

Floyd Mayweather est-il prêt pour autant de trash-talking ?

 

Pin It on Pinterest

Plus dans Sport
Tom Duquesnoy, le Français qui va conquérir l’UFC

Fermer