Chaque semaine, les revendeurs étrangers de baskets sont un peu plus nombreux à rejoindre le groupe Facebook Swisssneaks. Non, ce n’est pas pour contourner les impôts. C’est peut-être parce qu’en Suisse, on a un peu plus d’argent à mettre « juste pour des chaussures », mais surtout parce que le virus de la sneaker se propage en Suisse romande plus vite encore qu’une annonce de sortie de la nouvelle Yeezy.

Ce virus, Julz l’a attrapé il y a déjà longtemps, bien avant même la création du groupe sur lequel les passionnés discutent et vendent leurs précieuses paires. S’en est dégagée une véritable communauté que le jeune père de famille a rapidement décidé de réunir à Lausanne, l’histoire d’une journée par an. Pour cette 4ème édition, exit l’espace Dém’Art et direction le nouvel espace au centre-ville.

À en croire le fondateur du Swisssneaks, de belles surprises attendent les visiteurs qui s’y presseront le samedi 28 janvier. Outre l’aspect visuel, ce nouveau lieu se veut plus grand et permettra d’accueillir deux fois plus de vendeurs. Une réaction logique aux succès des évènements précédents et à la soif de sneakers qu’un public chaque année plus large et plus jeune rêve d’étancher. Pour cette édition, ce rêve aura un coût (symbolique) de 5CHF, soit le prix d’une bière. Quand on sait que cela permettra simplement à l’organisateur de rentrer dans ses frais, ça ne devrait pas être trop difficile de les sortir…

© Julien Chaintreau

Surtout que lui, de son côté, a concocté une belle journée qui devrait être tout sauf ennuyante. Des baskets rares, d’autres plus abordables. Des vieilles Air Max 1, les dernières Yeezy 350 V2. Du streetwear vintage, du Supreme F/W17 encore sous blister. Un programme imaginé pour tous jusque dans le son, parce qu’après une bonne grosse après-midi de hip-hop – culture sneakers oblige – c’est au Romandie que les passionnés fêteront ensemble l’acquisition de leur dernier « grail » ou la vente des quelques paires dont il fallait se débarrasser pour payer soit l’électricité du mois dernier… soit la dernière Jordan. Et pour faire danser tous ces sneakerheads qui auront pris soin de troquer leur paire préférée pour des beaters noires avant l’after, quoi de mieux que le Patta SoundSystem, célèbre collectif néerlandais affilié à la marque, qui s’applique depuis le début du siècle à mettre l’ambiance à chaque évènement important de Patta.

@dju_lee

Enfin, si vous avez vu passer sur les réseaux sociaux quelques détournements de l’affiche de la troisième édition, sachez que la quatrième jambe rappelant une période sombre de l’Histoire n’était qu’une petite blague, car oui le second degré, la déconne, et la bonne humeur, c’est ça l’esprit Swisssneaks. Alors si vous n’avez toujours pas réservé votre samedi 28, il vous est fortement conseillé de le faire dès maintenant, que cela soit pour y passer l’après-midi, ou simplement pour y acquérir en urgence votre paire d’after-ski. Vous serez accueillis avec le sourire et c’est promis, vous ne repartirez pas déçu de votre visite, en particulier si Jason Markk donne à vos vieilles pompes leur brillance d’antan.

Alors, convaincu(e) ?

Plus d’informations sur l’évènement officiel Facebook et sur le compte Instagram @swisssneaks_ch.

Pin It on Pinterest