Anthony Joshua est un boxeur poids lourd anglais âgé de 27 ans. Champion Olympique en 2012, il a depuis conquis le monde professionnel. Grâce à ses spectaculaires victoires par K.O et son image de marque très soignée, Joshua est rapidement devenu une superstar planétaire. Il a affrontera Wladimir Klitschko en 2017 à Wembley. Views lui avait consacré un long format, lisible ICI.

À l’occasion d’un évènement pour son sponsor Beats By Dre, Complex a eu l’occasion de le rencontrer.

En premier lieu : Félicitation pour ta récente victoire par K.O. Comment as-tu vécu ce combat face à Eric Molina ?

– C’était une véritable évènement. Pas juste un combat de boxe, mais un évènement qui a donné l’opportunité à tout le monde de se rendre compte ce que c’est une réelle soirée de boxe, pas seulement une carte qui repose sur son combat principale. Du début à la la fin, c’était de grande qualité selon moi.

Pour envoyer un message à la division poids lourd, avais-tu pour objectif de mettre K.O Molina plus rapidement que ne l’avait fait Wilder ?

– Vous savez quoi ? Je crois que les gens le prenne pour un dieu parfois…

Wilder ? Tu le penses vraiment ?

– Ouais, vraiment. Les gens lui porte énormément d’estime.

Peut être que d’autres combattants pensent la même chose de toi.

– Non. Ils ne doivent pas penser ça, parce que je ne boxe pas en pro depuis longtemps – Wilder boxe en professionnel depuis 2008 et moi depuis 2013 – Ils doivent penser que je suis encore en phase de développement, que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre.

Alors, comment expliques tu en être arrivé là si rapidement ? La plupart des gens ne s’attendaient pas à te voir affronter Klitschko si tôt, mais pourtant tu as l’air confiant ?

– Depuis que j’ai débuté chez les professionnels, les gens me parlait toujours de Klitschko mais je savais que ça n’était pas réaliste. Quand j’ai signé mon contrat professionnel, j’avais en tête de me laisser 3 ans pour faire des erreurs et me développer, alors de mon coté j’ai tenu parole. Désormais, je suis prêt, on verra ce qu’il adviendra.

On va parler musique, j’ai vu que tu avais fait référence à une phrase de Mist dans un tweet de célébration que tu as publié. C’est quelque chose que la majorité de tes fans n’ont probablement pas réalisé ou reconnu d’où ça venait.

– (Rires) J’aime bien que ce soit le cas! C’est le genre de truc qui ne se dévoile pas.

As-tu la la liberté de poster ce que tu veux sur tes réseaux sociaux?

– On ne doit pas oublier que la gestion des réseaux sociaux, les médias, ce genre de choses, c’est un business, mais d’un autre coté, pour que ça marche on se doit d’être soit même.

Stormy est aussi quelqu’un qui gère ça très bien, ça tombait comme une évidence qu’il ai chanté pour ton entrée sur le ring face à Dillian White.

– À l’époque, on était tout les deux discret médiatiquement. Vu comment le combat s’est déroulé, c’était une belle manière de se mettre en avant lui et moi.

Sur ta carte préliminaire, le combat entre Whyte et Chisora s’est avéré bien meilleur que prévu.

– L’un des meilleurs combats poids lourd que j’ai vu, sans aucun doute. Ils ont véritablement tout donné.

Je pense que Chisora a gagné mais ses conneries avec la table lui ont probablement couté le combat, d’autant plus lorsque c’est une décision serrée.

– Oui probablement; Je veux dire, c’est très politique pour le coup. J’ai rarement vu quelqu’un autant garder son calme que Dilian. Vous avez vu la photo avec la table qui vole et il est resté assis là calmement? Je pense aussi que Chisora a gagné, mais je trouve que Dillian a imposé un rythme plus important dans les derniers rounds. J’imagine que ça a pesé dans la tête des juges au final.

Tes combats au haut niveau n’ont jamais duré très longtemps et contre Klitschko, ça va surement être le cas. Que répond tu aux personnes qui ont toujours ce doute à ton sujet ?

– C’est une étape dont je ne peux pas vraiment parler, puisque je ne l’ai jamais atteinte. J’en suis capable à l’entrainement, mais l’entrainement et le soir du combat c’est différent vous savez, avec la pression et l’adrénaline. J’attends de voir et c’est ce que ce combat est : une nouvelle opportunité d’apprendre. Je ne vais pas rester là et dire que que je vais faire ci et ça, parce que la vérité est que 12 rounds sera un nouveau territoire pour moi.

Ta musique d’entrée la semaine dernière était « Hate Me Now » de Nas et c’est un excellent choix. C’est l’un de ses morceaux qui me donne la pêche, personnellement. Rien qu’en imaginant le clip avec l’attitude de Nas et Puff, avec les chaines et les fourrures.

– (Rires) Exactement! C’est exactement ce qu’il faut: un titre qui donne un supplément d’énergie.

Avec quels morceaux t’entraines-tu en ce moment?

– Le dernier camp d’entrainement, je crois que j’avais beaucoup de Styles P. Laisse moi vérifier (sort son iPhone)… J’ai du Dat Piff, toutes ses mixtapes sont là. Ouais, ça s’appel Ghost In The Machine. « Karla’s Back » est le dernier morceau sur lequel j’ai couru.

Quel est le morceau le plus surprenant que tu écoute actuellement ?

– Probablement « Fast lane » de Rationale. Super morceau! Croyez moi. Il y a beaucoup de trucs des années 60 et 70 que vous n’attendriez pas forcément dans ma playlist.

Qu’en est-il au sujet de tes parents ? Qu’est ce qu’ils écoutaient quand tu étais petit ?

– Mon père est nigérien et est rasta, donc y’avait beaucoup de Bob Marley. Mon père était vraiment à fond dans la musique reggae.

J’ai entendu dire que tu rappais quand tu étais plus jeune ?

– C’était plutôt que, quand tu es jeune tu cherches des gens qui ont réussis. Tout ceux qui avaient réussis atour de moi, c’était grâce à la musique. C’est pourquoi, pour moi, avec la boxe, ça m’a aidé à apprendre un business différent. Mais à cette époque, les seules personnes qui réussissaient autour de moi, c’était grâce au rap.

Ce soir c’était fou. J’ai côtoyé quelques stars du sport au fil des années et la réaction des gens à ton égard m’a semblé folle et tu a l’air très patient avec eux.

– Je peux pas vraiment en dire plus;  J’aime juste rencontrer des gens et voir les fans. Ça vous semble fou leur réaction ?

Bat Klitschko devant 80 000 personnes à Wembley et ça sera 10 fois plus impressionnant que ce soir.

– (Rires) Je dois le faire. c’est devant mon public!

Propos recueillis par Complex et traduit par Views.

à lire aussi

Anthony Joshua, l’avenir de la boxe anglaise 

 

 

Pin It on Pinterest