Des retraites de légendes, des performances exceptionnelles, des victoires inespérées, 2016 a été une année particulièrement marquante. Au travers d’une compilation de ses plus beaux et plus forts moments, Views retrace pour vous l’année 2016 dans le sport.

Kobe Bryant prend sa retraite :

On le savait depuis plusieurs mois, cela n’a pas empêché de rendre cette soirée très forte en émotion. Après 20 ans, 5 bagues de champion, 18 participations au All-Star Game et 33,570 points, Kobe Bryant conclut sa carrière de joueur. Une soirée d’autant plus marquante qu’il s’est payé le luxe d’inscrire 60 points (en 50 tirs) pour son dernier match. Tellement fou qu’il a réussi a éclipsé que le même soir, à la même heure, les Warriors qui venaient de battre le record de victoires en saison régulière des Bulls de Michael Jordan. Un dernier soir qui dépeint parfaitement ce qu’est Kobe Bryant : spectaculaire, clivant et dominateur. Thank you for everything Mamba.

 

Leicester remporte la Premier League :

La cote était de 5000/1, c’est sans le moindre doute l’évènement le plus fou de la liste. Avec une équipe à 70 millions d’euros qui jouait le maintien un an plutôt, un coach vu comme has-been à sa nomination, et face aux cadors qui empilent les stars, Leicester a réussi l’impensable. Cela faisait 38 ans qu’aucun nouveau champion avait été couronné, porté par Mahrez, Vardy ou encore Kanté, cette équipe de Leicester City version 2015/2016 est assurément rentrée dans la postérité.

Les Chicago Cubs remportent les World Series 108 ans après :

Il aura fallut revenir d’un déficit de 3-1 dans le game 7, pour finalement l’emporter 8-7 et mettre fin à 108 ans de disette pour la franchise de base-ball de Chicago. Longtemps vu comme les nobles losers du sport US, les Cubs ont finalement terrassés cette réputation, la juste récompense pour des fans fidèles et pour une ville orpheline de champions depuis la retraite de Michael Jordan.

 

Les Cleveland Cavaliers remportent leur premier titre NBA :

« I promise », voilà ce que LeBron James a toujours dit au sujet d’un titre à Cleveland. Il avait fait la promesse d’être celui qui briserait la malédiction du sport dans la ville. En juin dernier, face à des Warriors vainqueur de 73 matchs en saison régulière, les Cavaliers tout entier se sont mit à la hauteur du challenge. Menés 3-1, les Cavs ont montrés une immense force de caractère pour renverse les Warriors et s’offrir un titre bien mérité. La promesse est tenue, l’émotion est palpable, le moment est légendaire.

 

Le Portugal remporte son premier Euro :

Tout avait mal commencé pour le Portugal, après 25 minutes Ronaldo sort sur blessure, en larmes. Pourtant, le destin va sourire aux hommes de Fernando Santos. Gignac voit son tir échouer sur le poteau, Griezmann touche la barre transversale après un bon coup de tête. En prolongation, Eder vient crucifier son récent pays d’adoption et offre la compétition au Portugal. Un scénario cruel pour la France, mais qui vient récompenser une équipe combattive du Portugal. Ce trophée est un énorme poids retiré des épaules de Ronaldo, il a désormais emmené son pays à la victoire finale d’une grande compétition.

 

Usain Bolt réussit un nouveau triplé olympique :

Une médaille d’or sur 100, 200 et 4×100, pour les troisième Jeux Olympiques d’affilés, qui seront d’ailleurs ses derniers. Le talent et la personnalité de Bolt vont laisser un énorme vide aux olympiades, son héritage sportif quant-à lui, est complètement fou. Avec 9 médailles d’or en 9 finales, et une domination indécente de facilité, Bolt s’est assuré une place dans les plus grands sportifs de tous les temps.

 

Peyton Manning prend sa retraite sur une victoire au Super Bowl :

L’un des plus grands quarterback de l’histoire de la NFL, une victoire 24-10 face aux Carolina Panthers lors du Super Bowl 50, une victoire qui fait de Manning le premier à gagner le Super Bowl dans deux équipes différentes. Les portes du Hall of Fame sont grandes ouvertes.

 

Conor McGregor devient double champion de l’UFC :

Jamais personne à l’UFC n’avait détenu deux titres de champions simultanément, jusqu’à Conor McGregor le 12 novembre 2016. À la suite d’un combat maitrisé d’une main de maitre et d’un TKO au 2ème round, McGregor renverse Alvarez de son trône des poids légers. Encore plus historique, car cette victoire intervient dans le premier événement de l’histoire de l’UFC à New-York. On s’en souviendra très longtemps.

 

à lire aussi

Comment les fans de foot peuvent s’occuper pendant la trêve hivernale ?

Mohamed Ali vs Joe Frazier III, le plus grand combat de l’histoire

Paulo Dybala peut-il devenir le meilleur joueur du monde ?

Conor McGregor rentre un peu plus dans la légende 

Pin It on Pinterest