Pour ce nouvel épisode, on revient il y a exactement 12 ans, le 9 décembre 2004 pour un come-back surréaliste.

Les Houston Rockets sont à la maison au Toyota Center, ils reçoivent les San Antonio Spurs avec son armada de talents. Duncan, Ginobili et Parker, le big three des Spurs est présent, mais Houston n’est pas un adversaire à prendre à la légère. Fin juin 2004, Houston effectue un échange impliquant plusieurs joueurs avec le Magic d’Orlando pour récupérer Tracy Mcgrady, formant ainsi un duo très excitant avec Yao Ming.

Pourtant, l’équipe ne connait pas un très bon départ avec une série de 5 défaites consécutives, un peu plus tôt dans la saison. Elle se retrouve avec un bilan de 8-11 mais avec deux victoires consécutives. Leurs adversaires sont eux, très en forme avec un bilan de 16-4, mais sortent d’une défaite la veille.

Tracy Mcgrady était connu pour être un attaquant hors-pair, meilleur marqueur en NBA avec 32,1 points de moyenne en 2003, comptabilisant plusieurs cartons offensifs. Demandez à Kobe Bryant qui le qualifie comme “le mec le plus dur à jouer”. Et ce soir là Tracy va démontrer tout son talent offensif. Il n’est peut-être pas le joueur qui aura le plus marqué les années 2000, mais son talent est indéniable.

Le match se déroule pourtant bien pour les Spurs, ils remportent le troisième quart-temps 24-16, leur permettant de creuser l’écart. Emmené par un super Tim Duncan avec 26 points, 18 rebonds et 7 contres ainsi que Devin Brown avec 20 points en sortie de banc.

À 40 secondes de la fin du match, les Spurs mènent 76-68, avec des possessions bien gérées et une bonne adresse au lancer-franc. On se dit que la victoire ne devrait être qu’une simple formalité dans ce duel Texan. Tracy Mcgrady en décida autrement.

Il inscrira 13 points… en 35 secondes. 4 tirs à 3 points dont le second avec la faute de Tim Duncan en prime. Il inscrira son dernier tir à 2 secondes de la fin ce qui donnera l’opportunité à Tony Parker de répondre une dernière fois, sans succès. Même Devin Brown reste scotché sur le terrain par la performance de T-Mac.

Tout bonnement surréaliste, cette performance est comparable à celle de Reggie Miller et ses 8 points en 9 secondes. Sans doute encore plus impressionnante. Les Rockets étaient menés de 10 points à 50 secondes, ils gagneront 81-80 au final. Le plus beau come-back de l’histoire des Rockets et certainement de la NBA.

Nos articles NBA

Pin It on Pinterest