Après cette semaine pleine de rebondissements, entre l’élection de François Fillon   à la primaires de la droite , ou le renoncement de François Hollande à se présenter aux élections présidentielles, une proposition faite par le Parti socialiste est passée relativement inaperçue. Mardi, Jean-Christophe Cambadélis s’est exprimé lors d’une conférence de presse pour offrir une proposition surprenante. Le Premier secrétaire a évoqué la volonté du Parti socialiste de rétablir le service militaire. Alors, risque-t-on vraiment d’être appelé ?

Cambadélis avait "échappé" au service militaire dans sa jeunesse

Cambadélis avait “échappé” au service militaire dans sa jeunesse

Le service militaire est mis en place en 1798, la durée est à l’origine de 5 ans et le recrutement se fait sur tirage au sort. En 1905, celui-ci est réduit à 2 ans et le tirage au sort est supprimé, les seules exemptions sont médicales. Il devient ensuite le « service national » en 1971, les femmes sont admises sur la base du volontariat et il ne dure plus que 10 mois. En 1996, dans une intervention télévisée, le Président Jacques-Chirac évoque sa volonté de suspendre la conscription afin de professionnaliser l’armée. Puis en 1997, la loi Jacques Chirac suspendant le service militaire est votée, avant qu’en 2001 enfin, le service militaire soit remplacé par la « Journée d’Appel à la Défense ».

En quoi consisterait cette nouvelle conscription ? Elle se ferait en deux parties, une première d’un mois obligatoire à 18 ans où les jeunes conscrits recevraient une formation générale. Puis, une seconde partie de 7 mois, à effectuer entre ses 18 ans et ses 25 ans sur la base du volontariat, où les jeunes pourraient se spécialiser. Les objectifs évoqués par le Parti socialiste à travers la voix de son Premier secrétaire seraient de « proposer aux jeunes des options nouvelles et dynamiques », de «favoris[er] leur émancipation et l’accomplissement de leurs projets », mais aussi de « soulager les forces de défense et de sécurité de missions qui les accaparent et les détournent de leur cœur de métier », d’après le rapport « Propositions pour un projet de Garde national et civique ».

Un retour difficile à mettre en oeuvre

Nous pouvons remarquer que d’un point de vu législatif, le service militaire peut être rétabli car il n’a dans les faits jamais été supprimé mais uniquement suspendu. De plus, selon un sondage réalisé par l’institut CSA pour Direct Matin, 74% des Français sont favorables à un rétablissement du service militaire. Cependant, il faudrait pour que ce projet voit le jour que le Ministère de la Défense débourse 5 à 6 milliards d’euros par an pour un service de 6 mois dédommagé financièrement à hauteur  d’un peu plus de 500 euros par mois, sans compter le logement, inclus. Or, la députée Patricia Adam, présidente de la Commission de la Défense à l’Assemblée Nationale estime dans une interview aux Échos qu’il est « impossible de puiser une telle somme dans la poche du budget de la Défense ». Il faudrait également que l’armée puisse accueillir environ 900 000 jeunes par an, alors qu’elle n’a, depuis la suppression du service militaire obligatoire, cessé de fermer des casernes, sans compter qu’elle serait en plus de cela obligée de recruter des dizaines de milliers de personnes pour encadrer ces jeunes. Il ne faut pas oublier non plus que le métier de militaire est une véritable profession, que les armes sont de plus en plus sophistiquées, ce qui signifie qu’une formation de 8 mois ne serait pas suffisante pour former des militaires opérationnels, mais, d’après les spécialistes, plutôt 1 an.

Forces spéciales françaises

Badaboom

Le retour du service militaire n’est, dans tous les cas, pas en accord avec les logiques  de gestion de l’armée française actuelle. Celle-ci n’a plus besoin de masse d’hommes comme autrefois, mais d’hommes formés pour être efficaces sur les zones d’interventions. Ainsi, la forme de cette nouvelle conscription formerait des jeunes dont l’armée ne saurait pas quoi en faire. Ces arguments, déjà avancés par Jacques Chirac en 1996 pour expliquer la modernisation de l’armée, font que le retour de la conscription est sans doute plus une manoeuvre électorale qu’une réalité, et le retour de la conscription a au final peu de chances d’aboutir dans la forme proposée actuellement. 

Tous nos articles société

Pin It on Pinterest