Bien plus que des changements de comportement alimentaire, le végétarisme et le végétalisme deviennent une bataille contre l’exploitation animale. Car oui, qu’on se le dise, la première réponse que vous donnera un végétarien ou végétalien (aussi appelé “vegan”) pour vous expliquer son choix est avant tout la raison de « l’éthique envers les animaux ». Les raisons de santé et environnementales passeront au second plan. En France, on parle de 3% de végétariens sachant que 10% de français envisagent de l’être. La consommation mondiale de viande diminue progressivement mais 70 milliards d’animaux terrestres sont tués chaque année soit environ 1900 animaux par secondes.

L’amour est dans le pré

Peut-être êtes vous déjà tombés sur des vidéos sur les réseaux sociaux dans lesquelles des animaux se faisaient abattre violemment? Où des chevaux encore conscients se retrouvaient attachés par une patte dans des abattoirs insalubres? Où des poussins entassés étaient dirigées dans des machines qui mettront fin à leur vie en les broyant? Toutes ces vérités qui serrent le ventre de chacun lors de leur diffusion; si toutefois nous avons eu le courage de ne pas tourner de l’oeil dès la première minute…

Aujourd’hui, de nombreux mouvements et associations luttent pour que ces pratiques cessent. En effet, les abattoirs n’assurent pas une mort paisible aux animaux qui, depuis l’an 2000 sont qualifiés comme des “être(s) sensible(s)” dans l’article L214-1 du Code rural: « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce.» C’est pourquoi en 2008 l’association L214 se créée à partir du collectif Stop Gavage qui militait pour l’abolition du foie gras et poursuit aujourd’hui son combat auprès de L214. Cette association est l’auteure des nombreuses vidéos chocs qui tournent sur les réseaux sociaux.04-action-lapin-trocadero-mars-2013-2

L’objectif de L214 n’est pas de faire une campagne passive derrière un écran à simplement partager des affiches et textes sur monde Vegan, non. L214 souhaite exposer au grand jour les atrocités subies par les animaux d’élevage, d’abattage et de pêche. Ils mènent un fort combat contre les abattoirs de France afin de permettre la fermeture d’un maximum d’entre eux. On en dénombre pas moins de 263 aujourd’hui. L’association a décidé d’agir et faire réagir en installant des caméras cachées dans les centres d’élevage en batteries notamment de poules pondeuse, dans les abattoirs où les animaux sont tués sans étourdissement préalable, dans les élevage d’oies où celles-ci sont nourries de force et en quantité incommensurable pour en faire du foie gras mais également dans les élevages de moutons ou lapins angoras où leur laine et fourrure leur est directement arrachée. L214 possède à présent de belles preuves pour les pétitions et procès lancés aux politiques publiques.

L’association a su marquer les esprits en mettant en scène des personnes nues, allongées, couvertes de sang et enveloppées de cellophane dans les rues de grandes villes afin de dénoncer la vente de viande d’élevage intensif dans les grandes surfaces. Des membres de l’association se sont réunis et allongés dans des sacs mortuaire le 11 Novembre à Lyon, afin de commémorer les animaux qui ont souffert dans les abattoirs de France.

L214 affirme porter plainte auprès des tribunaux, lancer des pétitions, alerter les autorités et démontrer que produire intensivement de la viande et d’autres produits d’origine animale implique de maltraiter et de tuer des milliards d’animaux sans nécessité. Malgré cela les militants témoignent leur colère de voir systématiquement la cause animale reléguée tout en bas des dossiers qui les concernent, au profit d’intérêts ou d’opinions minoritaires.

La défenses des animaux est une question politique. Faisons avancer le débat!

Il faut savoir que ce sont les politiques publiques qui décident du sort des animaux, de l’orientation agricole du pays, du modèle alimentaire encouragé et des mesures règlementaires qui s’imposent à la recherche, aux élevages, aux cirques et à la chasse. Malgré les nombreux combats menés auxquels les pouvoirs publiques n’ont donné suite, les militants ont remporté quelques victoires et ne baissent pas les bras.

Témoignages recueillis par Ouest France, Justice et Liberté:

Une des sources de L214. « La première fois, c’était dans un couvoir. Un job étudiant. Je ne m’attendais pas à trouver ça. Les poussins (qui ne rentraient pas dans les calibres de sélection) étaient broyés vivants, d’autres, tombés par terre, étaient écrasés. Ils agonisaient. »

Reste que pour L214, « la France, comme l’Espagne ou la Grèce, est en retard sur ces sujets et freine des quatre fers » pour une évolution de la réglementation face aux pays d’Europe du Nord. « Il nous a fallu des années de batailles pour réussir à ce que les cages des poules pondeuses soient agrandies d’une carte postale ! ».

Témoignages de Matthieu Ricard, moine bouddhiste qui tient à imposer la cause animale dans le débat politique: 

“Nous aimons les chiens, mais mangeons les porcs et nous nous vêtissons des vaches. Il y a là une incohérence fondamentale. La valeur des vies innocentes est non négociable. (…) Certains affirment que la production de viande est un mal nécessaire. Aujourd’hui, n’étant plus nécessaire, c’est un mal tout court.”

Les victoires de L214

Suite à des pétitions, manifestations et vidéos dévoilant l’horreur d’élevage, l’enseigne Super U s’engage à ne plus vendre d’oeufs de batterie d’ici 2020. Par ailleurs, L214 est représentant français de l’Open King Alliance, qui a entre autre convaincu les groupes Aldi, Lidle, Sodexo et Compass à s’engager à supprimer les oeufs de poules élevées en cage. Sachant que 77% des français considèrent l’élevage de poules en batterie comme un acte de torture animale, c’est une très bonne chose.

Une autre pétition a permis la fermeture de GAEC du Perrat dans l’Ain, un élevage de poules pondeuses honteux où les oeufs étaient couverts de poux ou d’asticots et où des cadavres de poules étaient en état de décomposition.

L’association a également réussit à obtenir la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les abattoirs afin de faire lumière sur les pratiques des abattoirs en France. Cette commission est en cours depuis le 22 mars 2016 à l’Assemblée nationale et auditionne l’ensemble des acteurs de la filière.

De plus en plus de rassemblements pour la cause animale en France

 

“Au coeur de la dignité humaine se trouve aussi la justice envers les animaux parce qu’un animal est un être qui vit, qui souffre, qui pense.”

Ces mouvements de plus en plus nombreux prônent avant tout une alimentation végétale. Il s’agit donc de ne plus consommer de nourriture provenant d’animaux, à savoir la viande, le poisson, les oeufs, le miel, le lait et de ne pas acheter de biens faits à partir d’animaux comme par exemple le cuir, la fourrure, la laine etc.

Vous ne l’avez peut-être encore jamais vu mais voilà encore une réalité déchirante

Envisager de devenir végétarien ou végétalien peut faire peur lorsqu’il s’agit de supprimer de son alimentation plein de produits qui se trouvent dans nos assiettes depuis notre plus jeune âge. Mais moins nous consommerons de viande et de produits animaux, mieux la terre se portera. C’est en tous cas ce que ces mouvements prônent et on ne peut leur donner tord, que l’on soit en faveur de leurs idées ou non. Ces mouvements prennent de plus en plus d’ampleur, où s’arrêteront-ils?

Vous pouvez retrouver toute l’actualité d’L214 sur leur site ou leur page Facebook.

Par Elsa David

Nos articles société

Pin It on Pinterest

Plus dans Société
Takieddine, le témoignage décisif dans l’affaire Sarkozy

Fermer