Alors qu’Hillary Clinton et Donald Trump se battent sous les feux des projecteurs, espérant remporter les élections américaines dans la nuit d’aujourd’hui à demain, Barack Obama, dans l’ombre, se prépare à céder les clefs de la Maison Blanche à son successeur.

Retour sur les deux mandats historiques d’un président déjà symbolique.

obama

Only in America

Seulement un mois après son investiture et sa victoire face à John McCain, Obama avait fait très forte impression. Le 17 février 2009, le nouveau président annonce son plan de relance de l’économie s’élevant à plusieurs centaines de milliards de dollars. Un plan de relance contesté par les républicains mais auquel les chiffres donnent raison : 5 ans plus tard, le taux de chômage américain passe sous la barre historique des 5%.

Sur le plan social, Obama marque également des points. Début 2010, la réforme sur la santé, l’Obamacare, est adoptée. C’est sans doute la réforme la plus emblématique de la présidence actuelle, marquant un réel changement. Très loin du modèle de sécurité sociale à la française, ce dispositif est subventionné par l’Etat et ne concerne que les familles modestes. A noter qu’aujourd’hui, près de 20 millions d’américains ont souscrits à cette protection. Selon l’OCDE, les Etats-Unis demeurent cependant le pays où les inégalités entre les plus aisés et les plus démunis sont les plus importantes. Malgré l’Obamacare, 9% des américains n’ont toujours pas accès à une assurance maladie, un chiffre qui fait tâche quand on revoit les ambitions qu’affichait le Président Obama quant à son plan de réforme du système de santé.

Qu'est-ce que la pauvreté si l'on est patriote ?

Qu’est-ce que la pauvreté si l’on est patriote ?

L’un des combats de toujours du premier Président Noir des Etats-Unis s’est également retrouvé porté à la Maison Blanche : l’égalité des communautés. Tout d’abord, le mariage homosexuel est adopté partout dans le pays, ce qui constitue une victoire majeure dans le pays très conservateur que sont les Etats-Unis. Mais cette première victoire restera sans doute anecdotique tant le reste de sa politique communautaire fut laborieuse, voire inexistante. La violence en toile de fond durant les 4 premières années de sa Présidence, les tensions raciales perdurent durant son second mandat et empirent au fur et à mesure que les violences policières se multiplient. De nombreux mouvements se forment aux suites des différents assassinats de jeunes Noirs par la police américaine, comme le désormais célèbre Black Lives Matter, mais ils trouvent peu d’écho dans le Bureau ovale. Le Président Obama a également refusé tout compromis face au Congrès, ce qui l’a poussé à abandonner sa réforme sur la vente d’armes à feu (qui aurait pu être son réel dernier combat), sur l’immigration ainsi que sur le contrôle de la police.

L’autre gros point noir de sa politique intérieure restera également comme étant celui de l’affaire Snowden. Le 7 juin 2013, les révélations de l’ancien employé de la NSA éclatent, provoquant le plus grand scandale politique depuis l’affaire du Watergate en 1974. L’histoire de Snowden est maintenant connue de tous, ou presque : le hacker, anciennement employé à la NSA, révèle l’existence d’un programme de surveillance à l’échelle mondiale. Ce scandale a grandement déstabilisé Obama au point de mettre en péril certains accords (le traité Transatlantique notamment). Ce scandale, le président ne s’en relèvera jamais vraiment.

Snowden, de la NSA au plus gros scandale politique américain moderne

Snowden, de la NSA au plus gros scandale politique américain moderne

« Essayer, encore et toujours ». Ce slogan aurait pu être sorti de la bouche d’Obama sans que cela ne dérange aucun analyste, le plus fin soit-il. Son principal combat ? « Le renforcement de la diplomatie et de la coopération internationale entre les peuples », a affirmé le jury du prix Nobel. Résultat ? Un prix Nobel de la Paix. Vivement critiqué car « récompensé pour des efforts et non des actes concrets et finis », Obama mettra tout en œuvre pour arriver à ses fins.

Deux de ses grandes réussites sont d’avoir su normaliser certaines relations (avec Cuba le 17 décembre 2015, alors que les relations diplomatiques entre les deux pays étaient coupées (officiellement tout au moins) depuis la Guerre Froide) et d’avoir fait adopter un accord sur le nucléaire avec l’Iran le 14 juillet 2015, sensé assurer la nature pacifique du programme nucléaire iranien.

Celui qui, lors de sa deuxième campagne remportée face à Mitt Romney, est élu avec l’idée de retirer les troupes américaines des zones de conflits du Moyen-Orient ne tiendra jamais sa promesse, notamment en Afghanistan. L’impossibilité de résoudre le conflit syrien et la lutte contre l’État Islamique sera une des problématiques ternissant le bilan de Barack Obama, et ce malgré tous ses efforts. Mais la présidence des Etats-Unis est aussi une histoire de symboles : la traque de l’homme le plus recherché de l’Histoire, Oussama Ben Laden, le terroriste responsable du 11 septembre 2001 et formé auparavant par la CIA, prend fin le 1er mai 2011 avec son exécution lors d’une opération au Pakistan, facteur très important dans la réélection d’Obama en 2012.

Obama annonçant la mort de Ben Laden

Obama annonçant la mort de Ben Laden

Celui qui a fait énormément de bruit en prenant place dans la Maison Blanche en 2008 en fait au moins autant en sortant. Celui qui n’était alors que le modeste sénateur de l’Illinois s’est présenté en 2008, persuadé d’avoir sa place au sommet de l’échiquier politique américain en portant haut et fort les mots « espoir » et « changement ». Obama était au final un politicien normal : entre avancées et renoncements, entre effets de communication et coups de bluff. Il aura été un Président historique et son flow nous aura régalé pendant 8 ans. Toute une génération aura grandi avec un Président noir aux commandes de la première puissance mondiale, et malgré toutes les critiques que l’on peut lui opposer, une question se pose en regardant le paysage politique américain depuis son élection : quelle autre personne aurait pu faire mieux ?

Toute l’actualité

Pin It on Pinterest

Plus dans International, Société
Comment Black Lives Matter s’est invité dans l’élection présidentielle américaine

Fermer