Il y a un an de cela, Chelsea s’embourbait dans les bas-fond de Premier League et réalisait sa pire saison depuis la reprise du club par le milliardaire russe Roman Abramovitch. Depuis, le club londonien revit, et la raison de ce changement se nomme Antonio Conte.

Après avoir brillamment ramené la Juventus Turin au sommet de la Serie A et réalisé un très bel Euro avec une Nazionale décimée par les blessures et les méformes individuelles, le technicien italien est en train de réussir son pari : refaire de Stamford Bridge une place forte du football anglais et européen.

Le 4 avril dernier, par le biais de son compte twitter, Chelsea officialise l’arrivée du technicien italien. Choix logique tant il est réputé pour ses missions reconstructions. Après des débuts sur la pointe des pieds où l’ancien milieu de terrain a essayé différents systèmes (4-2-4 et 4-2-3-1 notamment) et n’était pas encore totalement fixé sur son onze de départ, il est par la suite assez rapidement devenu le capitaine du navire et a définitivement mis sa patte sur son équipe aujourd’hui.




Le 3-4-3, un système de jeu qui a transformé l’équipe

Les chiffres résument parfaitement la situation : depuis la passage au 3-4-3 Chelsea a enchainé 5 victoires de suite en marquant 16 fois et en ne prenant aucun but, avec des adversaires tel que Manchester United, Leicester et Everton. Mais comment ce système a t-il pu tant changer le visage de Chelsea ?

En simplifiant l’idée : ce schéma tactique colle parfaitement aux forces de l’effectif et masque les faiblesses de certains cadres. En développant l’idée :

– Une défense plus forte que jamais. Cette défense à 3 est un gros apport dans le but de combler les failles individuelles de Gary Cahill et David Luiz, en effet cela permet à Cahill de limiter son utilisation du ballon et simplement de se contenter de son apport dans les duels et le jeu aérien. Ainsi que ça offre à Luiz moins de responsabilités défensives étant donné les 2 soutiens à ses cotés que sont Azpilicueta et Cahill, lui qui n’est ni vraiment un milieu de terrain défensif ni un défenseur central très adapté aux responsabilités d’une défense à 4 : Conte a donc trouvé un très bon compris pour le Brésilien. C’est un très bon moyen de limiter l’impact de ses sauts de concentrations et de ses erreurs défensives. Le Brésilien peut cependant, et au contraire de Cahill, assurer beaucoup de travail dans la relance vu sa capacité à jouer long sur Diego Costa.

– Un double pivot sobre et efficace. Le duo composé de N’Golo Kanté et Nemanja Matić offre à Chelsea beaucoup de sécurité dans la transition défensive, ces deux milieux de terrain travailleurs et au volume de jeu au dessus de la moyenne sont le socle de l’équipe. Kanté toujours en retrait lorsque son équipe a le ballon, prêt à couper toutes tentatives de contre-attaques et à relancer sans prendre de risques sur les créateurs devant lui. Matic quant-à lui, n’hésite pas à plus se projeter que son compère et à amener un surnombre dans les 30 derniers mètres, tout en ayant lui aussi un gros volume défensif. Ce duo colle parfaitement aux volontés de Conte, lui qui exige beaucoup de rigueur tactique et de dévouement à l’équipe de la part de ses joueurs. De plus, la défense à 3 limite leur responsabilité dans la relance, ce qui simplifie leur tâche.

chelsea

Chelsea sous Conte : 3-2-4-1 en phase offensive // 5-4-1 en phase défensive.

– Des ailiers qui n’ont pas peur de faire le sale boulot. Marcos Alonso et Victor Moses, deux joueurs qui ont la lourde tâche d’animer les couloirs et qui ont la responsabilité d’enchainer les allers/retours sur le terrain pour assurer leur impact en défense comme en attaque. En défense ils jouent le rôle de latéraux classiques et en attaque celui d’ailiers pour offrir des solutions dans la largeur et tenter de déstabiliser la défense adverse. Si l’un d’eux se replie mal, l’équilibre collectif peut voler en éclat, ils ont donc une responsabilité énorme sur leurs (jeunes) épaules. Jusqu’ici, leur dévouement et leur impact dans le jeu est exemplaire.

– Les leaders techniques que sont Hazard et Costa ont retrouvé leurs niveaux. Est-ce seulement grâce au 3-4-3 ? Non, il serait idéaliste de le penser, toutefois l’impact tactique et mental de Conte est indéniablement la raison de cette forme. L’un est virevoltant, déroutant par ses dribbles et ses courses pour une défense et il dispose du talent nécessaire pour faire basculer un match sur un geste. L’autre est un guerrier absolu, qui se battra jusqu’à la dernière seconde d’un match et ses talents de buteur, sa capacité à gagner les duels, son jeu dos au buts et sa justesse technique très sous-estimé en font un cauchemar pour les défenses anglaises. Avec deux joueurs aussi forts sur le front de l’attaque, accompagnés par Pedro qui lui aussi semble retrouver des couleurs cette saison, l’attaque de Chelsea n’a pas finit de martyriser la Premier League.

image

Antonio Conte, faux cheveux mais vrai plan de jeu

 Globalement, ce choix tactique du 3-4-3 par le technicien italien est pour l’instant une immense réussite. L’équipe ne montre aucune faiblesse majeure et semble à l’aise que ce soit dans les transitions, les circuits de passes de son jeu de position ainsi que défensivement dans son ensemble.

On dit souvent qu’un entraineur a besoin de temps, cette phrase est on ne peut plus vrai, cependant certaines exceptions arrivent à bousculer cette idée. En quelques mois seulement Antonio Conte a changé le visage d’une équipe, a redonné confiance à tout un effectif et lui a réapprit à triompher et à faire peur à l’adversaire. Le mois de mai est encore loin, mais plus les journées passent, plus la présence des hommes de Conte en hauts lieux de la Premier League sonne comme une évidence.

Pin It on Pinterest

Plus dans Football, Review, Sport
Le renouveau de James Harden

Fermer