En compagnie des Russell Westbrook, Anthony Davis ou encore Kawhi Leonard, James Harden réalise des performances monstrueuses, emmenant avec lui les Houston Rockets qui font actuellement un très bon début de saison. Le barbu le plus célèbre de la ligue et son nouveau poste officiel de meneur de jeu n’y sont pas étranger.

C’est le 27 septembre dernier que le coach Mike D’Antoni annonce la nouvelle : James Harden va changer de position pour jouer meneur, lui qui jouait au poste d’arrière depuis le début de sa carrière. Même si officieusement il était le principal créateur de son équipe et le porteur de balle, tout en décidant des systèmes de jeux la plupart du temps. Jusque ici, il était le joueur qui (hors meneur de jeu) touchait le plus longtemps le ballon. Cette mutation semble donc logique.

Il va distribuer le jeu et cela prendra quelques ajustements. Il a beaucoup plus de responsabilité en tant que meneur. Un gars qui appelle les systèmes dans un bon esprit basket-ball.

Mike D’Antoni

Début de saison en boulet de canon 

En l’absence de Patrick Beverley, Harden a prit place dans son nouveau rôle, et pour l’instant on peut dire que ça fonctionne. Après 5 matchs il tourne déjà à 31,8 points, 12,4 passes et 7 rebonds de moyenne, il est au four et au moulin et distribue la balle à ses coéquipiers extrêmement bien. Son dernier match face à New York est représentatif de son début de saison en boulet de canon (30 points et 15 passes), et forcément les Rockets portés par leur numéro 13 commencent bien la saison avec 3 victoires et 2 défaites dont une encourageante contre les Cavaliers.

L’ancien pensionnaire d’Oklahoma City laisse libre champ à sa créativité et ça fonctionne indéniablement, il est d’ailleurs rentré un peu plus dans l’histoire : désormais aux côtés de Magic Johnson entre autre a avoir compilé au moins 30 points et 15 passes sur deux matchs consécutivement. Meilleur passeur et quatrième meilleur marqueur de la Ligue, il démontre d’indéniables qualités de pur meneur.

Je suis capable de contrôler beaucoup plus le jeu. Nous avons tellement d’armes offensives que ça rends mon job beaucoup plus facile. J’ai juste à choisir le moment et à prendre la bonne décision.

James Harden

Rendre le jeu plus simple et fluide est justement l’une des qualités pour un meneur et Harden le fait très bien. Mike D’Antoni peut être satisfait de ce choix, et ce n’est sans doute que le début. “J’espérais 60 points et 20 passes. J’en ai seulement 40 et 15, il est donc en dessous de ses performances maintenant.” Un coach d’humeur taquine.

14962849_1323275291036709_1484505273_n

“Un mot sur ton début de saison James ?”

Passeur redoutable

Dès le premier match de la saison il a battu son record de passes avec 17 au compteur, une semaine plus tard il n’est encore pas loin puisqu’il distribue 15 passes décisives contre Cleveland en y ajoutant 41 points (car c’est toujours Harden après tout), altruiste, il sert bien ses coéquipiers qui lui rendent parfaitement : Eric Gordon tourne autour de 45% au tir, Trevor Ariza est à 40% à 3 points et Ryan Anderson à 42% lui aussi à 3 points, ajoutez à ça Capela qui vit lui aussi un bon début de saison.

Harden pourrait donc d’un point de vue statistiques réaliser des chiffres pharamineux, enchainant les doubles-doubles (il l’a réalisé déjà 3 fois sur ses 5 premiers matchs) et laissant venir le jeu, ainsi il force moins, et attaque quand il en voit l’opportunité. Il est donc forcément logique de le placer et de ne surtout pas l’oublier dans la course au MVP, car nul doute qu’après sa déception d’il y a deux ans où il estimait devoir remporter ce titre, le barbu a les crocs, et est prêt à porter Houston vers les hautes sphères de la conférence Ouest.

Les feux sont donc au vert pour Harden, aidé d’un coach connu pour son jeu offensif, entouré de coéquipiers performants, le nouveau meneur de jeu Texan n’a pas finit de s’illustrer sur les parquets. Et si Houston continue ainsi, la franchise pourrait bien en surprendre plus d’un.

Pin It on Pinterest