Après les retraites de Kobe Bryant, Tim Duncan et Kevin Garnett, le basket perds un autre grand monsieur. Ray Allen a annoncé hier dans une lettre à The Players Tribune sa retraite sportive, 2 ans après sa dernière rencontre professionnelle. Et parce qu’il le mérite bien, Views se devait de lui rendre hommage.

Cela faisait deux ans que l’on n’avait plus vu Ray Allen fouler les parquets ballon en main, plusieurs fois évoqué cet été dans certaines franchises tel que les Warriors, il ne reviendra finalement pas, c’est désormais officiel. Dans une lettre adressée à lui même lorsqu’il avait 13 ans, il explique notamment que sa vie va changer, et qu’il se décrit en totale “paix avec lui-même”.

Immense carrière

Ray Allen c’est avant tout une longue et grande carrière, 19 saisons NBA, un shooteur mais pas seulement : en 2006-2007 il compile 26,4 points, 4,5 rebonds et 4,1 passes décisives de moyenne. Surnommé “Jesus” grâce au film “He Got Game” de Spike Lee sorti en 1998, possédant une élégance folle, une mécanique de shoot imparable, ses matchs à Seattle ou aux Celtics sont toujours un bonheur à regarder.

Allen c’est aussi deux titres NBA, le premier décroché à Boston en 2008 avec Paul Pierce et Kevin Garnett face aux Los Angeles Lakers. En 2013 il réédite l’exploit, et y participe grandement. Lors du match 6 des finales NBA alors que le Miami Heat est dos au mur, mené 3-2 dans la série, c’est lui qui plante le 3 points à quelques secondes du terme pour arracher une prolongation. Miami remporte ce match et gagnera le suivant pour ainsi offrir à Allen une seconde bague bien méritée aux côtés de LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh. Ce shoot est l’un des symboles de la carrière du Californien : clutch, élégant et shooteur hors-pair.

Une action légendaire, deux bagues, 10 sélections au All-Star Game, un titre de champion olympique en 2000, une carrière passionnante, homme apprécié en dehors du terrain, Ray Allen laissera un souvenir impérissable dans la grande Ligue.

Pin It on Pinterest