Ça n’aura échappé à personne, Kevin Durant a pris cet été la décision extrêmement controversée de rejoindre les Golden State Warriors. S’associant ainsi avec Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green pour former un quatuor surpuissant, et faisant des Warriors une “super team”, deux ans après la dissolution de celle du Miami Heat composée de James, Wade et Bosh. Et on ne peut pas dire que cet effet de mode plaise à Adam Silver et à la NBA.

Après une nouvelle désillusion avec Oklahoma City, cette fois en finale de conférence contre les Warriors, le tout en ayant mené 3-1 : Kevin Durant décide de rejoindre l’équipe qui l’a éliminé. C’est un réel coup de tonnerre sur la NBA et certains joueurs ne manquent pas de tacler ce choix :

Comprenez ici “si tu ne peux pas les battre, rejoins-les” nouveau slogan non-officiel de la NBA. D’autres joueurs de la ligue se sont aussi permis de critiquer ce choix, au moins indirectement.

Je ne le ferais pas, ce n’est tout simplement pas qui je suis. J’ai peut-être trop de fierté pour cela ou je suis peut-être trop compétiteur.

Damian Lillard

Rappelons que voir des joueurs faire volte-face ne serait pas une première, mais Lillard est un cas rare actuellement : après le départ de LaMarcus Aldridge vers les Spurs, il a assumé seul le statut de franchise player à Portland. Pique ou pas envers Kevin Durant, à vous de juger.

Cette décision de KD n’est pas sans rappeler celle de LeBron James en 2010, qui décida lui aussi de quitter l’équipe dans laquelle il avait été drafté pour rejoindre avec Chris Bosh le Miami Heat de Dwyane Wade. À cette époque l’équipe se crée et il n’y a aucune base. Kevin Durant, lui, rejoint une équipe déjà bien huilée qui sort d’un titre en 2015 et d’une finale perdue en 2016. De plus, il quitte le Thunder qui pouvait légitimement prétendre à un titre, la décision est donc difficile pour les fans d’OKC : en un instant Durant est passé de joueur adulé à détesté.

Désormais tout le monde veut jouer pour le Heat ou les Lakers? Redevenons compétitifs et unissons nous contre ces gens” Le retournement de veste est majestueux.

Ne croyez pas que la ligue reste insensible pour autant, elle qui loin d’être aussi intransigeante que celle de sa consoeur NFL. Adam Silver, commissaire général de la NBA, n’en pense pas spécialement du bien, et réfléchi à des solutions.

Cette notion de super teams qui sont une bonne attraction pour la télévision, je ne pense pas que ça soit bon pour la ligue pour être clair. Je pense qu’on peut faire un meilleur système.

Adam Silver

La NBA a pourtant déjà instauré des systèmes permettant de lutter contre ce phénomène comme la draft  qui permet aux franchises ayant les bilans en saison régulières les plus mauvais d’accueillir un prospect de qualité, ou encore le salary cap dans le but de limiter les dépenses et d’éviter ainsi l’attroupement de stars et des franchises qui dépensent sans compter. Pour rappel la NBA en 2011 était carrément intervenue pour annuler un échange concernant Chris Paul censé alors rejoindre les Lakers de Los Angeles, subissant la pression de certains propriétaires afin d’éviter le regroupement de stars, Paul finira finalement aux Clippers à la surprise générale.

Alors, que doit faire la NBA ?

Il parait difficile voire immoral d’interdire à un joueur pendant le marché des agents libres de rejoindre l’équipe qu’il souhaite et de le priver de son libre arbitre, mais les solutions ne s’arrêtent heureusement pas là. La convention collective entre joueurs et propriétaires se déroulent en ce moment, et forcément le cas Durant/Warriors fait parler, plusieurs solutions devraient être proposées.

Par exemple :

– Pouvoir prolonger son joueur n’importe quand sans avoir à attendre le marché des agents libres

– Avoir la capacité de mettre une clause libératoire sur son joueur et ainsi mieux le protéger d’un éventuel départ

– Limiter la hausse du salary cap (masse salariale maximale pour une équipe) serait une autre solution, cette saison il a augmenté de 34%, il ne devrait augmenter que de 10% la saison prochaine, limitant ainsi probablement les mouvements de ce genre.

– Faire disparaitre la notion de salaire maximum.

Le salaire maximum

Aujourd’hui un joueur ne peut toucher qu’un certain pourcentage maximum du salary cap : le contrat maximum ne peut pas dépasser 35% du total du salary cap. Prenons exemple sur LeBron James qui touche 31 M$ cette année, Cleveland ne peut au total répartir qu’un peu plus de 94 millions de dollars cette saison sur ses joueurs. Admettons que LeBron demande plus, par exemple 50 millions (somme envisageable si les contrats maximum n’existait pas) il deviendrait ainsi impossible pour Cleveland de signer d’autres gros noms à moins que ces joueurs soient prêt à faire des efforts financiers énormes.

Dans le cas contraire ces gros noms devraient rechercher d’autres équipes capables de répondre à leurs demandes financières, et donc logiquement des équipes plus faibles. Cette méthode pourrait clairement rééquilibrer les forces au sein de la Ligue.

big-three-better

Le big three du Miami Heat, entre 2010 et 2014.

Il est plus simple de renoncer à quelques millions qu’à des dizaines de millions, ne vous attendez donc pas à de la charité de la part des stars NBA, d’autant que beaucoup de joueurs encore aujourd’hui ne touchent pas nécessairement le salaire auquel ils correspondent. Stephen Curry par exemple pourra réclamer l’été prochain aux Warriors un contrat 4x fois supérieur à ce qu’il touche aujourd’hui, ce qui aura forcément de l’impact sur l’effectif de la franchise et forcera Golden State à se séparer de certains joueurs. Mike Conley, très bon meneur NBA, mais jamais All-Star a signé cet été pour 153M$ sur 5 ans, c’est approximativement ce que pourrait toucher Curry l’été prochain.

Notons toutefois que toutes ces idées ne restent pour l’instant que des hypothèses. Une chose est sûre, Adam Silver n’est pas un grand fan du système actuel et il sera amené sans aucun doute à trouver des solutions pour l’avenir. Kevin Durant aurait pu prendre une route différente, ou même rester à quai, mais aujourd’hui son choix pourrait bien changer le visage de la NBA.

 

Pin It on Pinterest

Plus dans NBA, Sport
José Mourinho est-il un has-been du football ?

Fermer