Le « Clasico » comme dirait Hervé Mathoux, sourire face caméra à peine forcé, c’est toujours un grand moment de notre chère Ligue 1. Un match où beaucoup plus que 3 points sont en jeu, le duel entre Paris et Marseille s’étend au-delà du football, c’est une opposition de styles entre deux villes radicalement opposées qui aiment se détester. Les deux meilleurs ennemis du championnat français se retrouvent pour une nouvelle manche dimanche soir, et on vous explique pourquoi vous auriez tord de passer à côté.

Ce match marque le début d’une nouvelle ère à l’OM :

Le 17 octobre, le club olympien a officiellement été vendu à l’homme d’affaires américain Frank McCourt pour 45 millions d’euros, mettant fin à deux décennies de direction de la famille Louis-Dreyfus, qui n’auront pas tenu toutes leurs promesses, loin s’en faut. Le 19 octobre, Rudi Garcia est nommé en lieu et place de Frank Passi sur le banc marseillais. Frank McCourt n’a visiblement pas de temps à perdre, et c’est un très beau coup réalisé par les marseillais : la signature de Garcia fera indéniablement progresser l’OM mentalement et tactiquement. Il n’y a pas meilleure manière de démarrer un projet à Marseille qu’avec un Clasico, il faudra cependant se montrer à la hauteur de l’évènement.

rudi

Alors Rudi, ça fait quoi de passer de Totti à Cabella ?

Le premier Clasico pour Unai Emery :

L’entraineur basque du PSG, arrivé en juin dernier, vivra dimanche soir un grand évènement dans sa relativement jeune carrière : il prendra part à son premier PSG-OM. Défait par Monaco en août, forcé à partager les points face à Arsenal en septembre, le technicien espagnol se doit de remporter le choc du mois d’octobre pour le club parisien, afin de s’éviter toutes tensions supplémentaires dans la presse ainsi qu’au sein même de son vestiaire. Habitué à faire briller ses équipes dans les gros matchs, Emery aura à coeur de retrouver cette dynamique avec le PSG.

Un duel entre deux tacticiens portés sur le jeu offensif

L’OM et le PSG se partagent le point commun d’avoir récemment profité d’un bond qualitatif au poste d’entraineur. Le duel Blanc/Passi est déjà loin, place à Unai Emery et Rudy Garcia, tout deux connus comme étant des entraineurs qui aiment pratiquer un jeu offensif (en témoignent les cartons que réalisait Lille en 2011), les scores fleuves du Séville de Emery ou encore les responsabilités offensives données aux latéraux. Tout deux devrait aligner un 4-3-3 avec l’envie de presser et de jouer un football chatoyant, même si le temps jouera contre Rudi Garcia. Tout simplement deux entraineurs à la hauteur de l’évènement. Enfin.

Bonus : Marco Verratti foulera la pelouse

C’est toujours plaisant de voir le vrai directeur du football du PSG fouler la pelouse du Parc des Princes. Si le petit italien est dans un bon soir, son ex “futur coéquipier” Lassana Diarra devrait passer une sale soirée.

Il n’y a donc aucune raison de rater l’un des grands duels du foot français : football plaisir, tacles appuyés et interview ratée de Paganelli, un classique en soit.

Pin It on Pinterest

Plus dans Football, PreVIEW, Sport
Kyrie Irving : Bien plus qu’un simple lieutenant

Fermer