Avec 13 points en 6 journées et des victoires prestigieuses face à Chelsea, Arsenal et Leicester, les hommes de Jurgen Klopp réalisent un début de saison extrêmement prometteur. Avec un jeu très plaisant au centre du projet, un effectif jeune et prometteur et un entraineur de classe mondial, l’avenir semble radieux du côté d’Anfield.

La nomination de Jurgen Klopp en octobre dernier devait légitimement s’accompagner d’une période transition pour assimiler ses préceptes tactiques et ses exigences sur le plan physique. Et si l’exercice précédent est mitigé (8ème avec 60 points) cette nouvelle saison pourrait bien être celle où le travail de l’Allemand portera pleinement ses fruits.

Une ambition retrouvée :

Sous la direction de Brendan Rodgers, Liverpool se caractérisait comme une équipe en difficulté face au top quatre, bien souvent en montrant peu de confiance en eux et surtout peu d’idées. Rodgers et ses hommes ne triomphèrent d’une équipe du Big four qu’à la neuvième tentatives et comptèrent seulement une seule victoire en 12 confrontations. Des chiffres indignent d’une équipe avec des ambitions européennes.

Ces problèmes sont désormais loin derrière les Merseysiders. Klopp a redonné vie à cette équipe et ses résultats face à Arsenal, Chelsea et Leicester en début de saison le montre bien. L’équipe est désormais mené par un homme sûr de son football et qui a su redonner confiance, ambition et détermination à tout un groupe.

klopp-mane

Relationship goal.

Sans véritable star tel Steven Gerrard ou Fernando Torres en leur temps, Liverpool s’appuie sur son charismatique entraineur pour être le pilier d’un jeune effectif qui ne demande qu’à continuer de grandir.

La révolution par le jeu :

« Gegenpressing » traduisible par « contre-pressing », tel est la base de la philosophie de l’ancien technicien du Borussia Dortmund. « Le pressing est le meilleur meneur de jeu », Klopp a fait de Liverpool une équipe agressive, qui pousse l’adversaire à la faute et exploite parfaitement les opportunités qu’offre son pressing incessant.

Les Reds version 2016/2017 sont une équipe très offensive, le duo Wijnaldum/Lallana servant de milieux relayeurs en témoignent, l’équipe prend des risques dans sa construction, en cherchant à déstabiliser son adversaire par un jeu de position fait de mouvements et de redoublements de passes, le tout dans un rythme élevé. Avec Wijnaldum, Lallana, Coutinho, Mané, Firmino ou encore Sturridge, Liverpool s’octroie la capacité de beaucoup permuter en attaque tout en ayant des joueurs capable à la fois de prendre la profondeur mais aussi de faire des différences balle au pied.

La satisfaction du travail de Klopp réside dans le fait que Liverpool est peu à peu en train de s’affirmer comme une équipe polyvalente, capable à la fois d’évoluer en transition tout comme dans une construction lente et structurée. 

Aucun système n’est sans faille, et malgré les difficultés citées, le projet mené par Klopp et ses hommes est un grand pas en avant pour ce géant du foot anglais.

Un effectif plein de promesses

mane

Sadio Mané, la recrue phare du mercato.

Avec un effectif de 25 ans de moyenne d’âge, Liverpool s’affirme comme l’un des plus jeunes effectifs de Premier League. Les choix de recruter Sadio Mané et Georginio Wijnaldum ont accentués cette tendance. Dynamisme, jeunesse, grosses capacités techniques, l’attaque des Reds est l’une des plus sexy du Royaume-Uni. L’attaque est composée exclusivement de joueur qui n’ont pas encore atteint les pleines limites de leurs potentiels, ce qui laisse penser que nous n’avons pas encore vu le meilleur de cet effectif. 

Avec le recrutement de Matip et Karius, le club a ainsi pu continuer le renforcement de l’effectif avec des jeunes joueurs (respectivement 25 et 23 ans). Loris Karius est un atout majeur du mercato, il comble les lacunes que Liverpool possédait dans les buts avec Simon Mignolet, supérieur dans de nombreux domaines dont le jeu au pied, il confirme la tendance au nivellement par le haut de l’effectif et permet d’organiser une relance de meilleure qualité.

Tous les postes sont doublés, l’effectif mélange jeunesse et expérience et les profils sont complémentaires.

Une équipe encore perfectible

Tactiquement, les deux principaux problèmes qu’ont confrontés les Reds furent la construction face aux blocs bas et donc l’engendrement d’une possession parfois stérile, ainsi que des transitions défensives compliquées.

Contraint à affronter des équipes du bas de tableau qui ne souhaite pas sortir de leur confort défensif, Liverpool a dû faire face à la dure réalité d’un jeu de position face à un adversaire replié dans ses 30 derniers mètres.

xg-map-liverpool

Lorsque que la XG Map met en avant l’adage “dominer n’est pas gagner”.

Contraint de passer par une construction plus lente face aux blocs repliés des équipes de bas de tableau, Liverpool a montré par le passé des faiblesses dans ce contexte, notamment dû à une transition défensive parfois limité. Le choix du coach allemand d’implanter un duo de relayeur Lallana-Wijnaldum a clairement porté ses fruits en attaque, à contrario il expose plus facilement Henderson et la charnière centrale lorsque l’équipe subit une contre attaque. Klopp a choisit son poison et préfère clairement prendre des risques dans la construction et l’envie de se porter vers l’avant de ses joueurs, quitte à être plus friable défensivement. Le match face à Arsenal (Victoire 4 buts à 3 de Liverpool) est un bon exemple de cette mentalité.

La dernier doute qui peut être émit quant aux pensionnaires d’Anfield est la question de la durabilité. La philosophie de Klopp exige une implication physique énorme et peut se payer sur la durée dans une compétition qui se joue aussi sur la capacité à répéter les efforts. L’exemple de l’Olympique de Marseille l’a récemment montré, demander énormément physiquement à un groupe peut le faire voler en éclat. Cependant ce doute est à relativiser vu la profondeur de l’effectif, qui permettra au technicien de faire souffler ses cadres aux cours de la saison.

Dans un championnat où aucune équipe ne semble clairement au dessus du lot, Liverpool peut véritablement être la bonne surprise de la saison. Après des années de frustrations et de saisons ratées, les hommes de Jurgen Klopp redoreront-ils le blason de toute une ville ? Réponse en fin de saison.

Pin It on Pinterest