Cette saison 2016/2017 sourit pour l’instant bien aux clubs français en Europe. En atteste la solide victoire lyonnaise face au Dynamo Zagreb pour la première dans son entre en Ligue des Champions, ainsi que l’exploit monégasque d’avoir triomphé de Tottenham à Wembley devant 90 000 personnes. Récit d’une soirée pleines de saveurs pour le foot français.

 Lyon-Zagreb, une victoire rassurante pour l’OL

Côté Lyonnais, il n’y a pas eu photo. Malgré les absences de Lacazette, Fekir, Valbuena, Grenier et Jallet les joueurs de Bruno Génesio se sont très bien adapté au 3-5-1-1 concocté pour pallier à la cascade de blessures.

3511

“Et là je découvre qu’on est pas obligé de jouer en 4-3-3” Bruno Génésio, 14/09/16.

Rapidement devant grâce à Tolisso, l’homme à tout (bien) faire de l’OL, les lyonnais ne vont jamais cesser de maîtriser les tentatives d’un Dynamo Zagreb qui n’a pas su faire grand chose de ses 46% de possession de balle. Malgré un bon Jonas, les hommes de Zlatko Kranjcar vont continuer d’être mis en danger sur chaque incursions lyonnaise, et à la 49ème minutes de jeu c’est Jordan Ferri auteur d’une performance très solide au sein du losange lyonnais qui vient doubler la mise. La flèche Maxwell Cornet vient clore le match 8 minutes plus tard.

Très solide défensivement, notamment par l’intermédiaire de Morel et N’Koulou qui ont déjà expérimentés les défenses à 3 avec Marcelo Bielsa et son légendaire 3-3-3-1. Les hommes de Génésio se sont montrés à l’aise dans ce système malgré qu’il n’ai pas eu le temps de réellement le travailler comme l’a avoué Cornet après le match :  « On a eu peu de temps pour travailler ce système mais on a des joueurs intelligents ». Tranquille.

cornet

De Saint-Symphorien à la LDC en 18 mois, like a boss.

Un succès comme rampe de lancement en Ligue 1 ?

Ce succès lyonnais est d’autant plus précieux qu’il vient rompre une série de 2 défaites contre Dijon et Bordeaux, où les Lyonnais avaient montrés des largesses défensives indignent de leur rang. De plus, cette victoire est une grosse bouffée d’oxygène pour l’entraineur de l’OL, dont le nom était vivement remit en questions ces dernières semaines au sein de son propre public.

Nul doute que l’OL va désormais s’appuyer sur ce succès pour lancer sa saison, et ça commencera peut-être dès dimanche avec le déplacement au Vélodrome pour y affronter un OM bien à la peine.

Monaco-Tottenham, parfum d’exploit

asm-toyy

Au service de sa majesté.

Après Arsenal en 2014, le club de la principauté fait tomber Tottenham, autre poids lourd du football londonien. L’ASM confirme son superbe début de saison européen, après avoir écarté Fenerbahçe et Villarreal des tours préliminaires de la Ligue des Champions, Monaco s’offre aujourd’hui un succès de prestige. La saison dernière, pleine de galères, est déjà oubliée, Monaco a le sourire et peut se le permettre.

Le plan de jeu monégasque : 4-4-2 et coups de couteaux en contre

Le succès monégasque peut se résumer en 3 étapes, solidité défensive, transitions offensives et réalisme devant le but. Les 30 premières minutes de jeu mettent en lumière le plan de jeu parfait de Leonardo Jardim. Un 4-4-2 qui ferme très bien l’axe grâce à l’impact de Glik et Jemerson en défense central et à la doublette Fabinho-Bakayako au milieu de terrain. 2 occasions, 2 buts, des statistiques qui font pâlir Edinson Cavani. Outre la générosité collective et la bonne adaptation à son schéma tactique, la solidité défensive monégasque s’explique aussi par le match énorme de Fabinho et Glik. À la récupération sur le 1er but, le brésilien a été très précieux pour couper les tentatives de contre attaque et faire souffler son équipe en grattant de précieux ballons. Glik quant-à lui a été impérial dans les duels et dans l’impact physique, notamment sur Harry Kane à la peine hier soir. Le polonais s’affirme comme le remplaçant d’Abdenour que Monaco a eu tant de mal à trouver.

Le premier quart d’heure est à peine terminé que Bernardo Silva se charge d’ouvrir la marque après un rush qu’il conclue d’une sucrerie du pied gauche comme il les aime. Indigestions générales à Wembley.

 15 minutes plus tard c’est au tour de Thomas Lemar de fusiller Hugo Loris après un cafouillage dans la surface. Les londoniens impuissants, reçoivent une leçon de réalisme.

Une deuxième mi-temps au courage

Tottenham va sortir des vestiaires avec une toute autre attitude, d’abord grâce au but dans le temps additionnels de la première période inscrit par Alderweireld mais aussi grâce au changement orchestré par Pochettino, Dembélé in, Son out. Les londoniens réalisent une bien meilleure mi-temps, ils contrôlent la possession et se montrent agressifs, Monaco est condamné à se replier dans son camp. Malgré tout, les monégasques conserveront cette précieuse victoire, bien aidés par une défense qui a su répondre présente.

Les 30 premières minutes sont une référence pour la saison monégasque, en montrant ce genre d’attitude lors des 5 matchs restants de phase de poule, Monaco peut rêver de la 1ère place, ils ont en tout cas montré à leurs concurrents qu’ils en ont l’étoffe.

Pin It on Pinterest